• Accueil
  • > Archives pour le Samedi 12 novembre 2005

Archive pour 12 novembre 2005

du 8 Novembre 2005 au 12 Novembre 2005

Samedi 12 novembre 2005

  

Mardi 8 Novembre 2005 8h44

12eme nuit d’émeutes dans les cités de banlieue en France.. Les esclaves arabes et noirs se révoltent. Spartacus en 2005.

Hier, le Gouvernement français a annoncé qu’il appliquerait une loi de …1955, sur le couvre feu. Une loi datant de la guerre d’Algérie. Etrange permanence. Quand je disais que le colonialisme ne cesse de mourir.

C’est Sarkozy, le ministre de l’intérieur qui a mis le feu aux poudres. A Clichy sous Bois, il a regardé vers les fenêtres des bâtiments et il a dit « nous allons vous débarrasser de cette racaille ». Le lendemain, les émeutes se propageaient aux autres régions.

Mon fils,  m’a appris que la femme de Sarkozi, qui l’a quittée, l’aurait  fait pour quelqu’un qui aurait du sang  arabe. A-t-il désormais un compte personnel à régler? A quoi peut tenir l’Histoire!

Peut être aussi  voulaient-ils ces émeutes? Sur canal plus, hier, une camera caché enregistre un dialogue de policiers entrain d’humilier et de provoquer un « beur ». Il leur reprochait de le tutoyer , de l’humilier et il disait timidement »c’est pour cela que ça a éclaté ». Ils lui ont dit: »on n’en a que foutre que les cités brûlent. On va te faire rôtir comme tes deux copains (ceux électrocutés dans un transformateur et poursuivis par la police, ce qui avait déclenché l’émeute au départ)

Ces émeutes ressemblent à celles des jeunes d’Octobre 88 en Algérie, et de toutes celles qui y éclatent( sporadiquement chaque année), en Kabylie, à Arzew ou Bechar dernièrement. J’ai dit à mon fils, que c’était la preuve que les jeunes arabes ne faisaient pas de différence entre l’Algérie et la France. Il a ri.

Il y a quand même un résultat déjà de ces émeutes: on ne dit plus à propos de ces jeunes qu’ils ne veulent pas s’intégrer, qu’ils ne se considèrent pas comme Français mais qu’on ne les considèrent pas comme Français.

Les médias dans le Monde, des USA à la Russie couvrent ces évènements en les dramatisant: on a l’impression que la France brûle, qu’elle est au bord de la guerre civile. Le tout, dans un parfum de racisme et de sentiments anti islamistes et anti-arabes. La palme revient à la Russie qui parle des populations émigrées avec haine et souhaitent la « tolérance zéro, la répression ». Cela donne à réfléchir sur l’ex URSS.

J’ai voulu écrire beaucoup de choses ces derniers jours. J’en ai oublié la moitié. Preuve que ce qu’on dit, ou qu’on fige sur une feuille dépend des circonstances et est bien fragile.

Hier par exemple, je pensais écologie, et aux espèces qui disparaissent de la planète. J’ai dit à ma fille en riant: Noé avait voulu les préserver dans son arche. Aujourd’hui, nous les éliminons une à une.

J’y pensais, peut être à cause d’un débat à la télé où j’écoutais le défenseur de l’environnement Nicolas Hulot. Cet homme m’impressionne. Honnête, profond, simple, clair. Il disait, en résumé, qu’on connaissait maintenant les conséquences sur la planète des atteintes à l’environnement, qu’elles étaient palpables, démontrées, concrètes, que la planète était ronde, limitée, et que l’on savait maintenant que l’action de l’homme sur elle n’était pas marginale. Mais qu’il fallait désormais connaître, combattre « l’état d’esprit » à l’origine de cette situation. Cet état d’esprit c’est l’ « ambiguïté du modèle européen » auquel on se réfère. Il dit qu’ on oublie que ce modèle n’a été possible qu’à cause du colonialisme qui a permis le développement et l’accumulation des richesses à un pôle, et donc ces dégâts sur la planète de plus en plus. Continuer de le considérer comme modèle c’est aller à la catastrophe. Il a donné un seul exemple, troublant, émouvant: celui de la disparition actuelle des grands singes: les gorilles, les orangs-outans, les chimpanzés. Il donne 10 ans pour celle des orangs-outans, 20 ans pour celle des chimpanzés. Ces derniers ont plus de 99% de leurs gênes en commun avec nous. Ce sont nos cousins. Il dit que si ces derniers disparaissent alors qu’ils nous sont si proches et que nous avons quand même un peu honte de cela en les regardant, qu’en sera-t-il alors des espèces plus éloignées. Les chimpanzés ont une vie sociale, des formes de conscience, fabriquent des outils. Avec les chimpanzés c’est notre histoire, c’est la compréhension de nous mêmes, de notre évolution qui va disparaître.

Il faut une autre civilisation. Ceux qui réfléchissent actuellement comme Nicolas Hulot nous permettent une vision plus généralisée, d’unir la vie sociale et la nature. C’est le véritable progrès de la pensée depuis le Marxisme du 19éme siècle.

Je voulais écrire aussi sur une soirée d’il y a quelques jours passée à la TV, à regarder des séries américaines: violence, sexe. Dans une seule soirée, il y avait d’abord une série policière très bien faite ( New York…,), basée sur le genre police scientifique actuellement à la mode. L’histoire: des couples, femmes hommes qu’on découvre tués, violés, y compris l’homme avec du sperme dans son anus. Horreur, mais ce n’est pas tout: les coupables, 2 jeunes hommes, des frères. On découvre ensuite qu’ils le font ensemble. Puis que l’un des frères domine l’autre et…couche avec l’autre, et qu’il frappe son père qu’il terrorise.. Etc.. puis un film sur des enfants violés et assassinés. Puis une histoire de lesbiennes assassines. Une soirée hallucinante. Les américains veulent pourrir le monde.

Et hier, à l’autre pôle, les évangélistes américains et leurs valeurs morales puritaines. Ils sont trente millions, influencent largement désormais le congrès. Le chef de l’Association des églises évangélistes a une ligne téléphonique directe avec Bush. Elles s’étendent avec une vitesse incroyable: une église nouvelle tous les 2 jours. Ils créent des cellules partout dans le monde du travail qu’ils veulent désormais occuper. On dirait les méthodes communistes, à la différence qu’il y a ensemble patrons et salariés dans « l’amour du Christ ». Tout cela au service de la puissance américaine.

 Les évangélistes organisent , par exemple, des « bals de la pureté et de l’abstinence » où les filles viennent avec leur père pour faire serment de « rester pures jusqu’à leur mariage ». On n’a jamais évaluer vraiment les conséquences historiques sociales du SIDA. Je ne sais pas pourquoi, on n’en a jamais parlé clairement.

14h56

Tout à l’heure, à 13h, une femme d’origine algérienne, Mimouna, sur Canal plus. Elle a été magnifique: « Ces jeunes, ce sont nos enfants. Mon fils, lui, il a pu s’en tirer, il est étudiant à la Sorbonne, mais ils sont tous nos enfant.30 ans que cela dure. Hier, nous avions les larmes aux yeux, nous attendions que Dominique de Villepin ( le 1er Ministre français) leur dise quelque chose, un message d’espoir. Sur 20 mn de son intervention, 15mn pour la répression. Il retire une loi, qui a été utilisée en Octobre 1960 lorsqu’on a imposé le couvre feu à nos pères et que le sinistre Papon les a fait jeter dans la Seine. C’est une gestion coloniale de cette crise. J’appelle les jeunes à ne plus casser, à ne plus s’autodétruire. »

Pourtant, il a fallu que les jeunes agissent ainsi, qu’ils brûlent et détruisent pour qu’on les écoute, il a fallu qu’on les accule au désespoir.

Tout à l’heure, Philippe de Villiers, raciste haineux, parlait de « guerre contre la France » dans les banlieues et demandait l’intervention de l’armée.

  

Mercredi 9 Novembre 2005 18h40

Un très beau feuilleton sur TF1: »les rois maudits ». La féodalité française. Décors somptueux grâce notamment au virtuel, très bons dialogues. Intrigues de la cour, où le mariage est au centre, le mariage et aussi l’impossibilité de le défaire si ce n’est par la mort.

Au même moment, et depuis des siècles ,l’Islam lui permettait le divorce. Le divorce, qui dans beaucoup de pays européens n’a été possible qu’au 20eme siècle. L’Islam était  décidément très moderne.

Débat, encore hier, à la Télé, sur les émeutes en France. Des officiels, députés, ex ministres avec des représentants de l’élite émigrée, celle qui a réussi.

Un député de l’UMP y va de son discours sécuritaire. Il reproche à un homme d’affaires d’origine algérienne ( quelqu’un d’impressionnant, clair, honnête, concis) de jeter de l’huile sur le feu lorsqu’il donne les véritables statistiques du chômage: 10% en moyenne en France mais près de 50% dans la jeunesse d’origine émigrée. Et après, le même député de l’UMP va dans le facile, parlant des policiers blessés, etc.. l’autre n’a pas le réflexe de lui dire que c’est lui en réalité qui jette de l’huile sur le feu alors que ces statistiques elles, au contraire, pourrait faire réfléchir les gens, les français et donc mieux comprendre le problème.

La technique, toujours en la matière, consiste à parler des symptômes et non des causes: ce sont les arabes qui brûlent, qui sont délinquants, dealers etc.. Avec, comme argument, ce sont des faits. Elle consiste à dire aussi, ce qui est incontestable, qu’on n’a pas le droit de brûler des bus, des écoles etc.. D’abord, on oublie, comme le faisait remarquer un « beur », que les jeunes brûlent devant chez eux, que les voitures ce sont celles de leurs pères, qu’ils « s’autodétruisent » comme un appel au secours. D’autre part, la technique consiste toujours à passer de l’individuel, au social sans qua rien n’y autorise: lorsque quelqu’un brûle une voiture, c’est in délit, mais lorsque des milliers le font, c’est un problème social, donc politique, il n’est plus du ressort seulement du jugement moral

Pour en revenir à cet homme d’affaire « beur » si énergique et clair, c’est étonnant comment cela fait partie des qualités des beurs: ils ont trempé leur volonté dans une société hostile et raciste, ils ont appris à affronter une majorité, à aiguiser leurs arguments, à ne pas se laisser faire. Ils sont admirables.
Par contre, il y avait un autre hommes d’affaires, qu’on voit souvent, le genre arabe de service: lui est président d’une « association de musulmans laïques ». Y a t-il une association de chrétiens ou de juifs laïques. En fait, il n’a d’évidence rien de musulman. Un titre, pour les besoins de la cause. Il s’est grillé dans ce débat, dénonçant  les casseurs et , à d’autres moments, essayant de dénoncer aussi les discriminations sociales tout en les niant à travers un discours sur le mérite, « la république qui ouvre ses bras à ceux qui…etc.. »

  

Samedi 12 Novembre 2005 16h08

Avant hier sur une chaîne de télé française, dans une émission littéraire de…, Nina Bouraoui, une écrivain d’origine algérienne. Elle vient d’avoir le prix Renaudot de littérature. Magnifique femme!Belle, élégante, sobre, une distinction naturelle. Un français aussi, merveilleux de clarté et de concision. Elle dit à moment donné, avec détachement, comme une évidence: « je me sens profondément arabe et de plus en plus ». L’animateur est interloqué et lui dit qu’elle vient d’employer tranquillement « un mot tabou » en France, qu’on n’ose prononcer. Elle lui dit qu’il est pourtant, pour elle, très beau.

J’ai alors réalisé, devant cette franchise en fin de l’animateur, la monstruosité de la chose: faire du mot arabe un mot vulgaire, une insulte, était donc une entreprise consciente de la France. Et c’est pourquoi nos colonisés sont aussi pris d’horreur quand on leur dit qu’ils sont arabes.

Hier, j’étais à un enterrement . C’était vendredi, et le corps de la défunte a été emmenée à la Mosquée. La chance d’être enterré un Vendredi. Le Vendredi draine des foules énormes, surtout des jeunes. Ils viennent tous avec leur petit tapis, leur hsira car il n’y a pas de place dans la mosquée et la foule déborde dans la rue. Je suis resté deux heures là, avec la foule dehors, dans la mosquée. Je voulais être avec mon peuple, le comprendre. Je regardais l’immense recueillement, recueillement en écoutant la belle voix et l’arabe magnifique du jeune Imam, les valeurs humaines de chacune de ses paroles, recueillement aussi lorsque l’Imam s’est arrêté et que chacun méditait, ou lançait une prière muette, de longs moments dans un silence impressionnant d’une foule qui communiait dans les mêmes valeurs, la même culture, la même civilisation.

A la fin de la prière, l’Imam a demandé à tous ceux qui le voulaient, même ceux qui ne connaissaient pas la morte, d’aller l’accompagner à se dernière demeure car c’est un privilège d’être enterré et donc entouré d’affection un Vendredi. Une foule énorme s’est jointe alors au cortège de sa famille.
Je regardais tout cela et je pensais combien il était dérisoire de chercher à couper ce peuple de son histoire et de sa civilisation. La partie est perdue pour ceux qui essaient de le faire.

Au même moment comme un écho, des jeunes, dans les émeutes en France, disaient, mais avec un ton fier et indomptable, « pour eux, nous sommes des arabes, des terroristes ». Une mère montrait son immeuble: « nous ne sommes ici que des noirs et des arabes ». Je regardais aussi ces jeunes , en train de courir dans les rues, affrontant la police leur énergie colossale, leur courage stupéfiant: l’un, frappé par des policiers, maîtrisés, à terre, roué de coups les regardait dans les yeux et leur criait: »tu ne me fais pas peur!Tu crois me faire peur! Tu ne fais pas peur. » Un autre aussi roué de coups criait aux journalistes:ils me frappent à coup de pied dans la tête!  » et cela sans un gémissement. Indomptables. C’est vrai, comme le disait un français, que la France a besoin de cette énergie. Pauvre France, aveuglée par le racisme, et qui ne voit pas ce trésor de jeunesse qu’elle a chez elle.

Au même moment, des bombes en Irak, en Jordanie. A la Télé française,, eux qui ne sont pas des arabes, et qui n’ont rien à faire au Liban, suggèrent que la Syrie a occupé le Liban pays arabe.

La télé italienne vient de prouver, par des images, que les américains avaient bombardé Falloudja, en Irak, aux bombes au phosphore blanc. Les américains démentent en disant que…les bombardements ne visaient pas les populations civiles.

Le monde arabe souffre partout, même dans ses enfants qui sont allés ailleurs, on le torture, le martyrise, on le harcèle. Mais il résiste, il se bat, avec la force que trouve toujours les grandes civilisations humaines.

Le marxisme vulgaire, celui de nos pseudo communistes, du communisme européocentriste, n’avait retenu de Marx que la religion n’était que soumission, l’opium du peuple. Et pourtant, c’est l’Islam qui se bat partout, en Palestine, en Irak, en Algérie, et même aux USA et en France. C’est lui qui donne la force de mourir, de donner sa vie en se battant. Il apparaît partout comme un formidable instrument de lutte pour la dignité humaine.

J’ai beaucoup de respect pour cette religion qui a donné la force aux musulmans de se battre et de résister.

Une sonde a été envoyée, il y a quelques jours, vers Vénus, une autre doit aller vers Mars. Un scientifique commentait: ce genre d’expéditions servent à comprendre d’où nous venons, comment est venue la vie.

Et j’ai soudain songer à cette recherche, à cette curiosité qui nous pousse toujours ailleurs, et maintenant dans l’espace. Comme une force immanente, irrésistible, en nous, dans nos gênes. C’est comme si nous voulions aller à la rencontre de Dieu et que Dieu était dans l’avenir, qu’il était ce but ultime de notre espèce.

J’ai pensé aujourd’hui à la Conscience. Comment peut elle exister si elle s’éteint? C’est une contradiction. A quoi sert cette conscience d’un début et d’une fin, cette conscience d’être, sans l’existence de Dieu puisque la conscience est celle de sa nécessité par définition. En d’autres termes, n’est elle pas née, ou n’a-t-elle pas été donnée que dans ce but. Puis je être conscient d’exister si je ne me pose pas de suite celle du sens de cette existence.