• Accueil
  • > l'Algérie, les Arabes,l'Occident,archives 2005-2008

Archive de la catégorie ‘l’Algérie, les Arabes,l’Occident,archives 2005-2008’

GENERAL AUSARESS

Dimanche 18 mai 2008

A l’émission de la chaîne 3 française, « Ce soir ou jamais », le général Ausaress. Il révèle indirectement que c’est Mitterrand qui a donné l’ordre d’assassiner Ben Mhidi. Il révèle aussi que la France qui s’est autoproclamée patrie des droits de l’Homme, et qui veut donner des leçons en la matière, a été de tous les mauvais coups, dans le soutien aux dictatures les plus sanglantes, de l’Afrique du Sud aux dictatures latino-américains en passant par la formation des tortionnaires américains pendant la guerre du Vietnam. Intéressant ce qui se passe avec ce Général. D’un côté, il a été l’un des pires tortionnaires. Mais de l’autre, il est là pour rétablir la vérité et dire que c’est la France, la France républicaine, toute la France qui est responsable de toutes ces atrocités. On a même l’impression qu’il en fait désormais l’objectif de sa vie. Il a trouvé ainsi son chemin de la rédemption, celui de son humanité, celui de contribuer à la vérité. Il y a là, sur le plan humain, quelque chose de profond, et finalement de courageux, car il montre que la barbarie est celle de systèmes et pas celle des individus qui sont broyés par eux. Au fond de l’horreur, celle qu’il décrit et qu’il a vécu, il montre qu’il y a toujours un espoir pour l’homme. C’est la raison de l’hostilité qu’il soulève en France, non pas parce qu’il a été un tortionnaire, mais parce qu’il montre la monstruosité de l’Etat colonial français

GENOCIDE

Mardi 13 mai 2008

Lundi 12 Mai 2008 9h30

La semaine passée sur Canal plus, l’émission « Le grand journal », l’invité est l’arrière petit fils de Geronimo, le légendaire chef Indien. Il dit gentiment, avec un sourire  » On parle du génocide des juifs, mais ce qu’on a fait aux Indiens est  cent fois pire ». Le plateau ne s’y attendait pas, il est gêné, on n’a pas l’habitude d’entendre des vérités aussi simples sur les chaînes occidentales.

On parle de génocide des juifs. Comment expliquer alors que les juifs et Israël aient autant la faveur de l’opinion occidentale aujourd’hui et autant d’importance? Il n’y a pas d’exemple de génocide qui débouche sur cette situation. En général, ceux qui ont été victimes de génocides dans l’histoire, comme les noirs par exemple avec l’esclavage, se trouvent après dans une situation socioéconomique défavorable et désastreuse. De quoi faire réfléchir sur ce terme de génocide concernant les juifs.

Un livre, (Le nettoyage ethnique de la Palestine, Ilan Pappe, Fayard, 2008)  vient de sortir, écrit par un Israélien courageux. Il dévoile le nettoyage ethnique impitoyable et sanguinaire effectué par les sionistes en 1948 pour chasser les palestiniens.

La Chine et l’Occident

Lundi 28 avril 2008

  27 Avril 16h30

La campagne contre la Chine se développe, bien organisée, simultanée dans la plupart des grands pays occidentaux. Bizarrement, les USA reste actuellement en retrait mais on peut parier qu’ils tirent les ficelles. C’est clair, c’est la Chine, son développement, sa montée en puissance qui est leur principal problème pour la période historique qui s’ouvre. Tout le monde le savait. Mais ils ont mis du temps à se dévoiler.Le parcours de la flamme olympique est suivi à la trace. Les chaînes de télé françaises sont à l’affût du moindre incident durant ce parcours, le montent en épingle. La situation politique au Zimbabwe est , de façon inattendue, utilisée elle aussi contre la Chine. On nous montre en boucle un cargo chinois, immobile, « menaçant », silencieux, chargé d’armes pour le Zimbabwe. Que les grands pays occidentaux vendent des armes tous les jours, personne ne se soucie de cette contradiction dans ce travail de manipulation des chaînes d’information occidentales.

(suite…)

Soirée sordide, Boudha, Afghanistan,le Tibet

Lundi 7 avril 2008

Vendredi 4 Avril 2008 

Jeudi dernier, à la salle Ibn Zeidoun, à Alger, cérémonie de remise des prix du Festival « Panorama ». En compétition les films financés par l’Etat à l’occasion de l’année « Alger, capitale de la culture arabe.

Soirée sordide. La présentatrice parle d’abord en arabe et ensuite en français, sous prétexte qu’il y a quelques invités étrangers. Mais c’est surtout, on va le comprendre, parce que la Ministre de la Culture, va intervenir après et qu’elle est plus à l’aise en français. Elle parle ensuite donc, dans un sabir, ou un « pataouet », comme on voudra, d’arabe mélangé à du français, infect et vulgaire. Par exemple, pour une salle de cinéma qui a été réhabilitée, elle dira, dans ce qu’elle croit être de l’Arabe, que cette salle est devenue « poupouna » (équivalent de poupon en français » )

(suite…)

Israël, Salon du livre de Paris

Lundi 7 avril 2008

Samedi 15 Mars 2008

Le Salon du livre à Paris célèbre le 60 ème anniversaire  » de la création de l’Etat d’Israël ». On se trouve finalement devant une opération d’envergure et bien coordonnée, puisque le festival de cinémade Mons, en Belgique, avait fait de même et avait été boycotté par les cinéastes algériens.

(suite…)

Los Alamos, le Prophète, vie publique, vie privée

Lundi 7 avril 2008

Vendredi 7 Mars 2008 10h38  

Un chiffre: 100 milliards de dollars, donné hier sur France 2, dans une ‘émission de reportages. C’est le montant de la nourriture qui va à la poubelle aux USA. De quoi nourrir l’Afrique. Un mouvement écolo se développe aux USA qui va fouiller les poubelles et se nourrir ainsi, gratuitement.

Toujours aux USA, il  y a des gens, à qui on donne un  nom  que j’ai oublié, et qui désigne ceux qui dénoncent  les tricheries dans les grandes sociétés, suivant le principe de Martin Luther King: se taire c’est mourir. Très courageux: l’un a dénoncé avec ténacité, à Los Alamos où il travaillait, l’absence totale de sécurité dans le stockage des déchets nucléaires.

(suite…)

L’Algérie, les Arabes, leMonde, archives du 17 juillet 2006 au 4 Avril 2008

Vendredi 4 avril 2008

L’Algerie, les Arabes, le Monde,

Dimanche 17 juillet 2006 12h

.Israël continue à pilonner le Liban.

Je n’en ai pas parlé, jusqu’à présent, car j’en souffre trop. Souffrance de la souffrance des palestiniens et des Libanais, souffrance de notre immense souffrance nous les arabes devant tant d’humiliation et d’injustice.

(suite…)

du 22 Janvier 2006 au 14 juillet 2006

Vendredi 14 juillet 2006

  

Dimanche 22 janvier 2006

Il y a deux ou trois jours deux nouveaux messages de Ben Laden parvenus à la chaîne El Djazira. Au bon moment pour Bush, pour relancer la psychose terroriste aux USA. Etrange…Les médias français insistent surtout « sur les menaces » contenues dans les deux cassettes, en atténuant ou en oubliant carrément le reste des messages où est proposée « une trêve » si les américains quittent l’Irak et où Ben Laden dit qu’il n’y a « que les marchands d’armes qui profitent de la situation ». Ils ne s’interrogent même pas, ou très peu, sur le fait que tout le monde peut envoyer une cassette comme cela et que rien ne garantit la véracité de l’information.

Par contre, en même temps des images sont présentés du bombardement par les USA d’un village pakistanais à la frontière afghane, ce qu’ils appellent la « zone tribale où se cache Ben Laden ». Des enfants ont été tués, des petites filles, des petits garçons. Pas un mot là dessus,, ou bien c’est mentionné simplement, et on regrette surtout qu’un des compagnons de Ben Laden était là mais aurait échappé à la mort. On reste confondu par un tel cynisme.

Il y a quelque jours, un très bon reportage sur la chaîne française « ARTE » sur les années 90 en URSS, l’entrée dans l’économie de marché, l’effondrement de l’URSS, la main basse sur la Russie d’une poignée d’oligarques, puis leur chute avec Poutine etc.. Ce qu’il y a de permanent c’est cette impression toujours de bizarre, d’incohérent, d’atypique pour tout ce qui passe dans ce pays, que ce soit la Russie d’avant hier, l’URSS d’hier ou la Russie d’aujourd’hui. Cette impression de bizarre qui vous saisit à travers même les personnages des écrivains Russes, leur violence ou leur caractère grotesque, chez Dostoïevski, Tolstoï, ou les pièces de théâtre de Gogol, même impression que j’avais aussi avec Lénine et la Révolution, ces usines d’armement où les insurgés prennent leurs armes et dont on ne sait à qui elles appartiennent, ces trains blindés, ce chaos, ces décrets pris par Lénine à la pelle sans aucun souci de forme juridique sur de grands problèmes ou de petits détails comme l’approvisionnement, la réquisition par l’Etat de la production de blé, déjà des usines dont on ne sait pas à qui elles sont, de quelle propriété elles relèvent. L’impression qu’on fait n’importe quoi et qu’on se trouve devant des masses passives qui acceptent, alors qu’ailleurs on juge de la force d’un parti, d’une association à son soutien populaire, aux masses qu’il met en mouvement dans des manifestations..

De même, pour Aujourd’hui. Le reportage nous raconte comment Eltsine a éliminé Gorbatchev, comme cela, du jour au lendemain sans résistance aucune, sans réaction populaire visible, et puis ensuite comment il a éliminé le parti communiste dont l’influence était remontée au Parlement, à coups de canons de blindés sur le parlement, comme cela aussi, sans résistance ou mouvement de la Société comme cela se passe ailleurs. Que sont devenus ces gens qui votent pour lui, ont –ils disparus, masse informe et amorphe?

Ensuite on nous raconte comment les oligarques, 8 personnes, ont fait main basse sur l’économie et les richesses de l’URSS: pour passer à l’économie de marché, on émet des bons, des actions par millions pour que chaque russe soit propriétaire de ces richesses. Inédit, étonnant! Comment a ont découpé ces richesses, ces usines etc.. incompréhensible. Et puis comment les oligarques ont récolté ces actions les ont rachetées par les banques dont ils avaient pris le contrôle. Comment ils ont fait tout cela en liaison avec la famille de Boris Eltsine devenue toute puissante. Comment ils font nommer au Parlement et destituer des premiers ministres, devant un parlement qui semble lui aussi amorphe, ne répondant à aucune norme. Comment ensuite, la popularité de Eltsine s’effondre et les oligarques arrivent à le faire réélire en mobilisant leurs moyens financiers. Là encore, impression d’une population amorphe, qui va voter sans qu’on sache  comment, pour qui, de quelle façon. Comment ensuite les oligarques favorisent la montée de Poutine, qui se retourne contre eux, les emprisonnent, et leur fait….rendre leurs actions d’entreprises comme l’Aéroflot, les banques, le pétrole, le gaze, l’aluminium, l’industrie automobile etc.. On a l’impression que l’Etat est tout, que tout se déroule en haut et que les russes suivent, qu’ils sont soumis, qu’il y a une société anomique, et depuis toujours. En Algérie, qui n’est pourtant pas un foudre de démocratie ou d’organisation sociale développée, tout cela serait impensable, il y a une cohérence, une rationalité minimale qui est respectée dans l’attitude de l’Etat, la forme de ces décisions etc.. Etrange pays que la Russie et étrange peuple.

  

La semaine passée, les accusés innocentés de l’ affaire d’Outreau ont témoigné de leur calvaire devant une commission de l’Assemblée nationale française. L’Affaire d’Outreau, c’est une affaire de pédophilie massive dans un quartier, en fin comme elle a été présentée. Les énonciations se succédaient, notamment de la part des enfants, chacun faisant de la surenchère, les voisins y passaient un à un, un milieu populaire de tous âges, avec des visages honnêtes, un parler vrai. Des dizaines de personne. Je regardais leurs visages lisses et honnêtes et cela semblait, je crois à tous, irréel, insensé. Le juge les a mis en prison, certains pendant trois ans, l’un s’est suicidé.

Cette affaire a un goût de sorcière de Salem, quelques siècles après, dans la société occidentale moderne et démocratique. De la même façon, des enfants dénoncent , « la vérité sort de la bouche des enfants » disait, citant les textes religieux, un des pasteurs accusateurs des sorcières de salem. La même inquisition. La même hystérie qui gagne tout le monde, comme celle qui a gagné Outreau puis les médias français où on était prêt à croire n’importe quoi. Le sexe au centre, comme dans les sorcières de Salem. Mais sous sa version moderne la pédophilie. On peut multiplier les rapprochements. Peut être aussi la fièvre évangéliste en Occident, le slogan de Bush de l’empire du mal, la chasse aux terroristes, la peur de tout, la grippe aviaire, la vache folle etc.…

En France, on essaie de trouver la cause dans le fonctionnement de la justice, les pouvoirs du juge d’instruction. Mais personne ne cherche à fouiller dans le contexte, économique, social. Cette hantise de la pédophilie, à un moment donné, qui la fait voir partout. Pourrait on comprendre la même hystérie des procès staliniens sans leur contexte, la Russie d’abord, le fascisme, les difficultés économiques qui viennent rencontrer la paranoïa d’un homme et la transformation du communisme en religion avec son église, le politbureau et ses prêtres.

  

Bizarre, ces nouvelles maladies, le Sida, la grippe aviaire. On suppose que les dinosaures ont disparu à la suite d’une catastrophe naturelle.  Pourquoi ne pas réfléchir plus simple: tant que le nombre des représentants d’une espèce est réduit, ils sont des groupes isolés les uns des autres et les maladies ne peuvent se propager. Mais dés qu’ils occupent entièrement la surface de la terre, c’est le contraire et les maladies se transmettent, se propagent facilement. Peut être alors une maladie, un virus a eu tout simplement raison des dinosaures. Peut être est-ce aussi le danger qui guette désormais l’espèce humaine.

Un ami reprochait à S la dernière image de son film, un happy End avec  le couple regardant un soleil couchant. Il a qualifié cela de cliché. J’ai dit à S « mais le bonheur est un cliché, par définition ».

Le « colonialisme positif » continue d’être au centre de la polémique en France et entre la France et ses anciennes colonies.

En Algérie, il aura fallu que des français dénoncent une affirmation aussi absurde pour que notre élite francophone la dénonce  ou fasse semblant de le faire.

Depuis des années, les journaux algériens francophones nous chantaient finalement l’air du colonialisme positif en défendant le rôle positif de la langue française. Kateb Yacine, leur porte parole littéraire, celui dans lequel ils se reconnaissent, la qualifiait de  » butin de guerre ». Il oubliait simplement de dire: pour qui?  pour la France, et ceux qui lui sont attachées ici, ou pour les algériens.

Ils veulent tous faire oublier ce qu’ils disaient hier sur le colonialisme qui d’après eux, avait fait entrer en l’Algérie des éléments de modernité.

C’est ce que disaient par exemple, en 1990, Les « communistes »( les guillemets s’imposent) algériens, au  premier et dernier Congrès au sein du PAGS, qui avait ressorti, pour les besoins de la cause, un vieux texte de Marx sur l’Inde.

Voilà ce qui était écrit,  dans le document central de ce congrès, le « projet de résolution politico-idéologique »: « La colonisation française a bouleversé et détruit les structures de la vieille société algérienne. Elle a semé la terreur, la famine et la misère. Elle a provoqué révoltes et insurrections et les a réprimés dans le sang. Cependant la logique destructrice même d’une colonisation telle que la colonisation française contient sa propre nécessité contradictoire: elle est contrainte malgré elle de poser certains fondements d’une société moderne et elle le fait avec d’autant plus d’ampleur et de détermination qu’elle est une colonisation de peuplement. » (p 2) Et plus loin: »…bien que cela fut fait dans l’intérêt égoïste et exclusif de la France et de sa colonie de peuplement, le capitalisme français était toutefois obligé de créer une certaine base matérielle et technique pour exploiter l’Algérie. En ce sens, et en ce sens seulement; il était obligé d’introduire un certain progrès: ports, chemins de fer et routes… » etc.. etc..

Un texte qui ne dit pas autre chose que les tenants du « colonialisme positif »: « le colonialisme a commis des méfaits mais il a eu aussi des aspects positifs ». Ici, on prend simplement la précaution de dire qu’il y a été « obligé », que ça s’est fait en dehors de sa volonté. Texte honteux, où la dialectique de la réalité est réduite à une dialectique formelle de jésuite, « d’un côté du bien d’un côté du mal, il y a le contre, mais il y a aussi le pour ». Tout le monde s’y retrouvera!

Il en reste une affirmation essentielle: le colonialisme a ouvert la voie de la modernité à l’Algérie. Or en réalité, il l’a bloqué.

Si j’ai cité longuement ce texte c’est qu’il résume à merveille l’idéologie coloniale, ou plus exactement l’idéologie post coloniale, qu’on retrouve dans le pays ex colonisateur mais aussi dans le pays ex colonisé, dans de larges milieux sociaux algériens, aussi bien dans la gauche que dans la droite de la société post coloniale algérienne..

L’idéologie coloniale, comme le communisme version vulgaire , fonctionne par tautologie. La théorie du « colonialisme positif », revient à dire que…. de tout mal résulte un bien.C’est comme si on disait que le nazisme avait été positif puisqu’il avait permis de développer la technologies des fusées et ouvert donc les voyages dans l’espace ( j’allais écrire conquête de l’espace automatiquement, routine des expressions que l’on repère inconsciemment), qu’il a été finalement la cause de la création de l’ONU, du bannissement de l’antisémitisme etc..

Ils oublient simplement de dire que le colonialisme a été positif mais pour ceux français, et même algériens, qui en ont bénéficié, mais en y perdant leur âme.

Il y a deux ou trois jours, débat à l’émission « C dans l’air » de la chaîne 5 française, sur ce thème, plus précisément sur  l’esclavage, et le débat à ce sujet actuellement dans les colonies restantes françaises, c’est à dire les Dom Tom, Martinique, Guadeloupe etc.. Consensus pour définir l’esclavagisme comme un crime contre l’humanité. Bien sur, là pas de risque, un débat dépassé, l’esclavage n’existe plus. Quel courage!

Par contre, on tient bien à faire la différence avec le colonialisme, et on se refuse à relier, dans ces territoires, l’histoire du colonialisme et celle de l’esclavage. C’est le cas notamment, d’un participant au débat, apparemment un métis, qui défend les bienfaits du colonialisme en Martinique, il utilise l’expression de « présence française ».

L’animateur s’étonne qu’il y ait consensus là et divergences là. Personne n’a l’idée de lui dire que c’est justement parce que l’esclavage a disparu mais que le colonialisme existe bel et bien encore en Martinique.
Tiens, j’y pense, et c’est amusant, encore un aspect positif du colonialisme: il a permis avec l’esclavage aux noirs de voyager, et de peupler des régions du monde où ils ne seraient jamais allés.

J’ai fait un rêve étrange cette nuit. Ma Mère allait mourir et mon père ne le savait pas. Personne, de mes frères et moi, ne voulait en informer mon père. Pourtant mon Père, en réalité, est mort avant ma mère. Ma peine était immense. Mon frère  était sympathique et plein d’affection avec ma mère, alors que dans la réalité, il y avait eu ces conflits entre elle et lui à la veille de sa mort. J’ai donc tout arrangé dans ce rêve. Je pleurais à gros sanglots.

  

Vendredi 3 février 2006 10h40

Que de choses à écrire ou que je devais écrire et que j’ai oublié et que je n’écrirai  jamais. Essayons d’en sauver quelques unes de l’oubli.

Il y a d’abord cette victoire de du parti Hamas en Palestine aux élections législatives. Victoire écrasante, démocratique, par les urnes, comme avait été celle du FIS en Algérie, du mouvement islamiste en Turquie, des frères musulmans en Egypte, et des des partis musulmans en Irak si les américains laissaient faire, et finalement partout, dans les pays arabes où on s’en remet aux urnes.

Stupéfaction ( feinte ou réelle?), panique, haine, mépris dans les médias occidentaux et Israël, chez toutes et tous, comme un seul homme. L’argument absurde, déjà entendu en Algérie, qui est ressorti une nouvelle fois: « Hitler aussi l’avait emporté par les urnes ». Argument absurde car il consiste à exporter vers nous leur Histoire, une histoire qui n’a rien à voir avec la notre, à penser notre histoire avec leurs repères, en oubliant que le nazisme comme le colonialisme est le produit de leur Histoire et de leur civilisation moderne, celle des Maîtres et que même leur démocratie est impériale comme celle de tous les empires, et qu’elle a toujours eu une odeur de massacres, de sang et d’oppression. Mais le maître ne pense-t-il pas toujours que la liberté, la démocratie n’est bonne que pour lui, et ne l’est pas pour l’esclave. C’est exactement ce qui se passe. Dans cette panique, cette haine, il y a sans cesse, cette idée dite ou implicite que la démocratie n’est pas faite pour les arabes, qu’elle est ici dangereuse, la preuve: Hamas!! L’universalité de ces valeurs, dont ils se gargarisent, et ils le clament eux mêmes sans s’apercevoir de cet aveu qu’ils font alors sans cesse, cette universalité ils n’y croient pas, puisqu’ils l’arrêtent aux frontières arabes.

Le quartet (USA,Europe, Russie et Secrétariat Général de l’Onu ), ce qu’ils appellent la communauté internationale, se réunit immédiatement. La déclaration est lue par Koffi Hanan qui se déshonore une nouvelle fois, en lisant le communiqué que lui dicte ses maîtres et là encore, tout un symbole, en tournant le dos à l’Universalité qu’il est censé représenter. Un ultimatum est adressé à Hamas: il doit reconnaître l’Etat d’Israël, appliquer les résolutions de l’ONU concernant « le processus de règlement du conflit », renoncer à l’action armée, ne plus être une organisation terroriste. Et la sanction est annoncée: arrêt des subsides de l’Europe et de l’ONU aux populations des territoires occupées.

Quelques misérables millions de dollars envoyés chaque année et qui sont une goutte d’eau dans l’immense océan de misère à Gaza et dans les camps de réfugies. Chantage ignoble.

C’est Koofi Annan qui demande à Hamas de respecter les résolutions de l’ONU qu’Israël a méprisé depuis sa naissance.

C’est à Hamas qu’on demande de renoncer à « l’action armée » que mène tous les jours Israël avec des moyens sans commune mesure.

C’est Hamas qu’on qualifie d’organisation terroriste alors qu’Israël a fait du terrorisme d’Etat, des représailles, des assassinats de dirigeants palestiniens, de la politique de terreur sur la population palestinienne depuis sa création, le fondement de sa stratégie.

C’est à Hamas qu’il est demandé de reconnaître l’Etat d’Israël. Monde absurde ou on demande à ceux qui n’ont pas d’Etat de reconnaître un Etat, qui lui existe bel et bien  et qui les opprime. Où l’Etat qui n’a pas besoin d’être reconnu pour exister et qui déploie avec arrogance sa force, et qui a toujours empêché l’existence d’un Etat Palestinien, exige de l’autre une reconnaissance dont au fond il n’a pas besoin. Ou l’Etat qui existe exige de celui qui n’existe pas qu’il le reconnaisse s’il veut exister. Exigence absurde, irrationnelle mais qui cache, comme toujours, une autre logique: celle qui consiste à remplacer le fond par la forme, à déplacer l’attention qui doit porter sur les faits, la réalité ( celle de l’existence d’Israël et de la non existence actuelle d’un Etat Palestinien), à la déplacer vers les intentions, celle de Hamas de « détruire l’Etat israélien ». Un procédé intéressant. Mais il dévoile du même coup, la logique cachée derrière l’absurdité logique et donc la véritable intention: faire de cette reconnaissance exigée de l’Etat d’Israël du même coup celle de la négation d’un véritable Etat palestinien, de sa réduction à une réserve d’indiens américains, à un bantoustan, celle du maître qui exige la soumission, et qui dévoile du même coup ce que veut en réalité le Maître, que soit reconnu pour les siècles à venir qu’il est le maître et que l’autre n’existe que par lui, et à travers lui.

Coïncidence étrange de l’actualité, c’est en même temps qu’a éclaté cette affaire de la caricature de l’image du Prophète dans un journal Danois. Le Prophète représenté avec un visage hirsute de barbe et menaçant, les premières phrases du Coran écrites sur un turban en forme de bombe avec une mèche allumé.

Emotion, indignation dans le monde musulman,. En France, le directeur du journal  » France soir » avait reproduit la candidature. Il est limogé par le propriétaire du journal qui est paraît il un copte égyptien.

Indignation des médias occidentaux, mêmes analyses, mêmes commentaires, même attitude envers le monde musulman, comme un seul homme. On en appelle, avec un air qui se veut objectif, à la liberté d’expression. Un sourire condescendant qui se veut attristé: « les arabes et les musulmans ne la connaissent pas encore, ils ne sont pas habitués aux caricatures. » On ramène des arabes et musulmans de service , tel Chebel, pour expliquer les mœurs étranges des musulmans, le tabou (faux) sur la reproduction de l’être humain, sans songer une minute que les arabes et les musulmans font des photos, des films comme tout le monde, le tabou concernant l’image du Prophète. Et puis, la retenue « anthropologique » et « curieuse » affichée dérape ensuite vite et souvent pour faire apparaître le mépris et une hostilité enracinée culturellement aux relents d’esprit de croisades. Sur la Chaîne 5 française, à l’émission « C dans l’air », il y a l’inévitable « expert des questions arabes », dont je crois avoir déjà parlé, un ex Libanais. Sur les manifestations qui ont eu lieu, il dit méprisant que « les pays arabes sont hypocrites », et que dans ces pays, c’est connu, il suffit de « détourner un ou deux bus » d’en faire sortir les occupants pour organiser une manifestation. Yves Calvi, l’animateur renchérit à tel point que le précédent est lui même obligé de signifier qu’il exagère et que « les arabes ne sont quand même pas des sauvages ». Ici, comme dans tous les médias occidentaux, on cherche à faire un lien entre la victoire électorale de Hamas et cette réaction des musulmans à la publication de cette caricature, et on s’étonne que « Hamas lui n’a pas pris position sur cela ». Mais on y voie vite de la duplicité et la tentative « de cacher sa véritable nature et de paraître respectable ».

Mais s’agit- il de liberté d’expression, si tant est qu’elle existe en Occident sur les sujets qui lui paraissent vitaux: Israël, l’Islamisme, le fondamentalisme etc.. Là, la pensée est unique. L’humoriste Dieudonné a été exécuté médiatiquement pour avoir dit « Isra Heil ! » C’était pourtant  marrant Mais il avait touché à un tabou.

Le vrai problème est que la caricature est venue de l’Occident et qu’elle est assimilée forcément à ce qu’elle est: l’hostilité, le mépris et l’intolérance pour  toute une partie de l’humanité, à sa civilisation et sa culture. Du même coup, cette partie de l’Humanité s’identifie totalement à sa conscience et son identité religieuses et exprime sa révolte en termes religieux, et puise dans la religion les moyens de sa mobilisation et les symboles de sa résistance. La conscience religieuse exprime la conscience sociale. De la même manière, le protestantisme était la forme religieuse de la lutte contre l’oppression de la féodalité et de l’Eglise catholique qui lui était liée.

En Côte d’Ivoire, le colonialisme ou plus exactement le post colonialisme se trouve menacé. Intéressant de voir comment en France, cette quasi unanimité dans les analyses, pour s’attrister » que les Ivoiriens fassent de la France le bouc émissaire de leurs problèmes ».  Coïncidence et ironie de l’Histoire, cela arrive en même temps que la polémique sur la loi du 23 février française sur » le rôle positif du colonialisme ». Si c’était le cas,  les ivoiriens en redemanderaient. Là aussi le procédé est simple: diviser pour régner, les problèmes sont réels, divisions, luttes intestines. Comme au Rwanda, tout est fait pour créer les ingrédients d’une guerre civile et ensuite, on intervient pour l’empêcher, pour défendre les ressortissants français, pour empêcher un bain de sang, enfin la vieille histoire.
Même chose en Irak, ou tout est fait pour opposer chiites, sunnites, kurdes, y compris dans des attentats bien ciblés, sur les lieux de cultes des uns et des autres. Habileté diabolique, les américains choisissent un kurde pour présider le tribunal qui juge Saddam Hussein.

Mais chez les américains, il y a toujours un plus dans la destruction de l’âme d’un peuple, probablement bien mise au point dans le génocide de départ des amérindiens.

En Irak, ils ont privatisé la guerre: des tas de sociétés privés américaines et occidentales interviennent. Des civils armés qui sont en réalité des mercenaires; gardes du corps, sociétés de protection des installations pétrolières, des collabo irakiens, sociétés privés pour former les policiers irakiens. Ces « coopérants »  font le coup de feu avec les soldats américains. Dans un reportage sur ARTE, des mercenaires d’une société privé de sécurité italienne parlent. Ils ont peur, « aiment l’aventure », et les salaires sont entre 10 000 et 20 000 euros par mois. Quatre d’entre eux  seront pris en otage et exécutés par des fedayins irakiens. Ce sont justement les mêmes pour qui il y avait eu une mobilisation de l’Opinion en Italie pour demander aux ravisseurs « la libération de ces « techniciens » venus participer à la reconstruction de l’Irak.

Pour passer à tout autre chose: étrange cette idéologie homosexuelle qui se constitue actuellement. Son argument central, c’est la lutte contre la discrimination des minorités, leur reconnaître les mêmes droits « pour le mariage, l’adoption etc.. Je regardais lors d’une émission la conjonction intéressante entre cette idéologie et les positions d’un écologiste comme Noël Mamer. Pourtant dans un cas, l’écologie, il y a la défense de la nature, la conscience qu’il ne faut pas jouer avec la nature et qu’autrement nous en payons le prix, comme ce siècle l’a montré, et dans l’autre, l’homosexualité le refus de l’argument de la Nature, de l’ordre naturel. Problème interessant.

Il ne faut pas écrire pour aujourd’hui, mais pour demain.

Je pense ouvrir un blog.

  

Vendredi 17 fevrier 2006

  

Incroyable! Samedi passé le Vice Président des Etats Unis Dick Chenney était à la chasse et a tiré sur un avocat Texan. Celui ci aurait fait un infarctus, les plombs s’étant logés tout prés du cœur. On a appris, par la suite, que la police n’avait été avertie que 14h après. Comme un symbole de l’hystérie meurtrière des USA. Les médias occidentaux sont très discrets sur la question.

Dans la nature, tout est compétition. Mais le mariage en créant un droit à vie supprime toute compétition. Pourquoi?

Je n’ai pas encore écrit mon article sur le colonialisme positif et les caricatures. J’hésite encore.

  

Mardi 21 février 2006

  

Avant hier, j’ai assisté à la cérémonie des « Fennec d’or », de récompense annuelle des meilleurs films produits par l’ENTV et des meilleurs comédiens. Un moment de douleur et de tristesse culturelle: l’animatrice pendant deux heures a utilisé un sabir infâme. Les comédiens aussi, en montant recevoir leur récompense, se sentaient obligés de parler en français ou dans ce sabir..

J’ai commencé à écrire cet article mais je ne suis pas décidé à l’envoyer: »

Mâ zâlet la liste est longue », « je vous dis bark » voilà quelques échantillons de la langue qu’on nous a servi, pendant deux heures sans discontinuer, à la cérémonie des « fennec d’or » Voilà la culture qu’on a servie au peuple algérien, dans ce qui est supposée être partout un grand moment culturel.
Il faut dire halte à cette humiliation culturelle que subit notre langue et notre culture.

Je regardais cette soirée hallucinante: une animatrice baragouinant un sabir infâme. Des comédiens qui montaient sur scène et qui du coup se sentait obligé de faire de même, d’employer un galimatias d’arabe et de français. Il fallait bien montrer qu’on pouvait parler français , qu’on est « civilisé et moderne ». Complexe du colonisé…qui n’en finit pas de l’être.

Soirée nationale? La langue arabe meurtrie, humiliée. Et pas un mot aussi, pas un chanteur, pas un extrait de film en Amazigh. Mais du français oui, et un français pour lequel la France serait elle aussi en droit de protester .Où étions nous? En Algérie.

J’imaginais un instant…. »

Mais je n’ai pas terminé l’article.

  

J’en ai parlé à un intellectuel algérien francophone qui assistait à cette  soirée. Il m’a aspergé de tous les clichés des francophones algériens: « je suis reconnaissant à la France de m’avoir donné une culture qui me permet même de comprendre l’Islam (!) », « les arabes n’ont rien inventé depuis des siècles » etc… »la langue arabe est bloquée car c’est la langue du sacré ».

Le colonisé a intégré la vision du colonisateur concernant sa propre langue et sa culture. Comme il a intégré la vision dévalorisante et méprisante du colonisateur sur  lui même, il a intégré celle du colonisateur sur sa langue. Il la voit avec les yeux du colonisateur, sans la connaître et en en ayant peur.

  

Dans notre pays, tout est en double: deux sociétés, l’une arabo-musulmane , l’autre francophone, deux élites, deux Universités, deux presses, deux télévisions, deux radios. Le sabir n’est qu’une tentative d’établir une communication entre ces deux sociétés.

  

24 février 2006

  

Les américains sont en train de réussir à installer une guerre civile en Irak. Diviser pour régner.

Hier, une bombe a éclaté dans une mosquée chiite à Samra, au nord de l’Irak. La magnifique coupole dorée a été détruite.

En représailles , des mosquées sunnites ont été attaquées et des fidèles tués à l’intérieur: 150 morts. En représailles, mais est ce vrai, n’est ce pas des groupes de voyous, comme ceux qui ont été recrutés massivement dans la police irakienne, qui se cachent derrière ces actions.

L’imam Ahmed Sabah de la mosquée sunnite de Samra a tout de suite désigné du doigt les américains et dit que leur but était d’installer une guerre confessionnelle entre irakiens.

Vrai, probablement, ce début de siècle est devenu celui des manipulations, comme celles que nous avons vécu en Algérie lors de la guerre civile et la fameuse question: »Qui tue qui? »

Ce qui est sûr, c’est que l’Irak n’a jamais connu ce type de conflit dans toute son histoire jusqu’à l’arrivée des américains.

En France, un jeune juif Ilan Halimi, a été pris en otage par un gang, « le gang des barbares » comme le nomme la presse ( certainement pas innocemment) puis horriblement assassiné.

On s’aperçoit que c’est un juif, et progressivement se développe une campagne pour en faire un acte antisémite.
Sarkozy saute sur l’occasion pour dénoncer un acte antisémite et « que ne pas le voir, y voir seulement un acte crapuleux, c’est ergoter ». La preuve: les ravisseurs ont dit à la mère que son fils était juif et que les juifs pouvaient se cotiser et payer la rançon. »

La communauté juive, comme disent les médias,( tiens, là ils ne dénoncent pas le communautarisme, ça n’est valable que pour les arabes!), la LICRA, les organisations juives « souhaitent » la présence du Président de la république française aux obsèques. « souhaitent », ça sonne comme un ordre.

  

  

25 février 06

  

J Chirac a assisté avec son premier ministre Villepin , à la synagogue ( la laïcité, n’est ce pas?), aux obsèques du jeune Ilan Halimi. Véritable surenchère entre Sarkozy et eux pour avoir le soutien des juifs. La connotation des interventions des responsables juifs et des médias , malgré les précautions verbales prises, est anti-arabe et anti musulmane. Elles montrent bien que ce qui est dénoncé c’est un antisémitisme  » qui se développerait depuis l’an le début des années 2000 et aurait sa source dans l’islamisme ». Le nom « gang des barbares » vient à point nommé impressionner les esprits dans ce sens.

On se demande ce qu’ils vont faire si,  comme dans les cas précédents, on s’aperçoit que cela n’a rien à voir avec un acte anti juif. Mais, au fond, peu importe pour eux, le mal aura déjà été fait dans l’opinion.

  

26 février 2006

  

On apprend que « le gang des barbares » aurait tenté de rançonner beaucoup de personnes avec des juifs et des non juifs et que leur dénominateur commun est tout simplement leur localisation géographique dans une zone de Paris.

Manipulation encore une fois.

Dernière nouvelle: une manifestation doit être organisée contre le racisme et l’antisémitisme. Le front national a décidé d’y participer…Les organisateurs sont affolés. Pourtant, c’est clair la présence du FN montre que c’est en réalité une manifestation raciste anti-arabe et anti-musulmane, ce que les organisateurs n’osent pas dire et que tout le monde pense.

  

27 février 06

Sur La cinq, l’émission « Ripostes » de Moatti. Moatti est juif et elle est consacrée, comme par hasard, à l’assassinat d’Ilan. Moatti est d’évidence crispé, ému. On sent qu il ne voudrait pas qu’on croit que c’est parce qu’il est juif qu’il a fait cette émission et qu’il participe ainsi à la campagne actuelle. Il explique laborieusement, en essayant de paraître neutre et d’avoir de la distance que « c’est du racisme qu’on va parler » et qu’un crime n’est pas plus ou moins abominable parce qu’il est antisémite; Il se lance aussi dans des explications laborieuses sur le fait qu’il faut être « prudent », pour essayer de dire mais  sans le dire qu’on n’est pas sûr que cela soit un crime antisémite. « prudent », ce sera le mot de toute l’émission répété par ceux qu’il a invité et qui d’évidence forcent l’interprétation de ce crime comme un crime antisémite. Les participants au débat:Bernard Kouchner, un commissaire de police juif, un directeur de recherches etc.. « Prudent » , mais alors pourquoi cette émission sur l’antisémitisme puisqu’elle  conclut d’avance en fait  sur la signification de ce crime par sa tenue même. Ils vont s’empêtrer dans leurs contradictions. Kouchner va essayer d’adopter un profil humaniste, contre- tous- les- racismes  mais bien vite le masque va tomber et son parti pris apparaître. Il sera même dédaigneux envers un jeune noir qui fait des remarques fraîches , comme par exemple, sur les clichés, en disant qu’il n’y a pas que les clichés antisémites sur le « juif qui a de l’argent », mais aussi des clichés sur les noirs, les arabes, les musulmans.

Kouchner comme d’autres n’hésitent pas à traiter Dieudonné, l’humoriste, d’  « homme abject ». Le commissaire de police susurre même qu’il aurait une responsabilité indirecte dans le crime par ses positions et son discours. Où est la liberté d’expression qu’ils défendent tellement lorsqu’il s’agit des caricatures du Prophète.

L’émission va capoter à la fin et Moatti se pressera de conclure pour ne pas apparaître trop partisan et en cacher l’échec.

La manifestation organisée a été finalement un échec et s’est réduite à une manifestation juive. Cela fait plusieurs fois que cela arrive, comme la manifestation qui avait été organisée pour soutenir Israël.

Kouchner parle du Rwanda, de l’Irak pour essayer d’expliquer que partout l’homme peut se conduire de façon irrationnelle, et les hommes se déchirer entre eux. Il oublie de préciser qu’en fait au Rwanda et en Irak, on a divisé pour régner et que la cause est la même. En France aussi. Au fond les juifs sont tombés dans le piège de la manipulation: ils ont servi, avec Israël, à dominer le monde arabe et à préserver là bas les intérêts occidentaux. En France, ils servent à justifier le racisme anti arabe. Ils sont manipulés et ne le savent pas. Ils oublient que l’antisémitisme, la Choa est un produit européen. Le racisme, comme l’antisémitisme, nécessite une hiérarchie sociale raciale, des inégalités, des nations puissantes (ce n’est ni le cas des pauvres émigrés arabes ni des nations arabes et musulmanes)dominant des nations faibles.

  

Dimanche 5 mars 06

Kateb  Yacine ( mais est ce vraiment lui) parlait de butin de guerre à propos de la langue française. C’est le genre même d’ineptie qui semble pourtant profonde à tout milieu social aliéné, comme le sont nos francophone. Comme s’il n’était pas automatique que tout colonisé parle la langue du colonisateur. Où est le butin de guerre et le mérite particulier des algériens? Quelle bêtise.

Tout à l’heure, l’émission  « arrêt sur images »   sur France . Elle est consacrée encore une fois à l’assassinat d’Ilan Halimi. Mais le ton dominant maintenant est qu’il ne faut pas se presser d’en faire en crime antisémite et qui plus est , comme l’avait laissé entendre Sarkozy, d’islamistes. Ce Sarkozy est décidément infect et très dangereux. Il est prêt à tout pour le pouvoir et lorgne, sans arrêt, du côté de l’électorat du Front National.

L’émission « arrêt sur images » est animé par, mais j’ai oublié son nom. C’est un juif. Il est merveilleux d’honnêteté. C’est le genre d’homme qui fait honneur à l’Homme.

  

Mercredi 15 mars 06

  

Cela fait des jours qu’ils nous bassinent avec Hamas et la « catastrophe pour le processus de paix en Palestine que représente la victoire aux élections palestiniennes d’une organisation terroriste ».

Hamas s’est conduit de façon on ne peut plus  responsable. Mais c’est Israël qui hier  a attaqué aux chars et à coups de canons la prison de Jéricho, en territoire autonome palestinien, pour s’emparer  des prisonniers palestiniens. Elles les a obligés à se rendre et à se mettre pratiquement nus.

El Hachemi Chérif avait dit, comme tout « communiste algérien » qui se respecte, qu’avec « l’arabisation le pays serait bloqué ». Je constate, tous les jours, que le maintien du français comme langue de la haute administration bloque lui réellement le pays: plus personne n’écrit ou ne répond aux lettres: pour la génération jusqu’à 40 ans, il est impossible d’écrire une lettre en français. Les secrétaires des hauts responsables ne servent plus qu’à répondre au téléphone.

  

  

Dimanche 19 mars 06 18h30

19 mars, tiens! L’anniversaire du cessez le feu en 1962. Ma fille  était à l’Ambassade de France  pour retirer son visa. Nous en avons pas fini. Je lui ai dit en riant: »tu te présentes, tu te lèves, tu leur expliques que c’est une journée symbolique et tu chantes Kassamen. » Elle a ri.

Avant hier, vers 4h du matin, j’ouvres les yeux. La Télé était resté allumée. C’était la chaîne cinq française. Je vois un visage qui m’est familier, avec ucet accent algérien bizarre, de ceux qui essayent en vain de  masquer leur accent.

C’était Addi Houari, un sociologue algérien qui vit en France. Il expliquera vaguement, rapidement, sans trop insister, quelque chose du genre de ceux qui sont obligés- à- l’exil.

Le reste le discours du Sociologue fourre tout où on habille d’une terminologie sociologique  (« l’espace domestique », l’espace publique », « l’habitus » de Bourdieu  etc.) un discours en fait politique et idéologique.

Son style: sentencieux, affirmatif, le genre Mr le Sociologue qui se penche doctement au chevet sociologique de l’Algérie malade. La recherche de phrases chocs, de formules brillantes qui tombent souvent à plat fautes d’une véritable culture française que ne peut remplacer sa culture francophone acquise laborieusement, une volonté de paraître provocateur, non conformiste peu convaincante. Bref au fond, une absence de sincérité et en définitive l’image de ces intellectuels franco algériens en recherche permanente d’une reconnaissance intellectuelle de la France. L’impression que chaque phrase qu’il prononce est adressée aux français et pas aux algériens. Une vision gratuitement et excessivement pessimiste de l’Algérie dont il parle avec délectation semble-t-il de la crise comme tous ces faux émigrés qui s’évertuent en permanence de se convaincre qu’ils ont eu raison de quitter  leur peuple.

S’il dit d’une voix qui se veut courageuse que la France « a été battue politiquement ( précise-t-il, certainement pas innocemment ) dans les années 50 en Algérie, c’est pour ajouter tout de suite qu’elle pris sa revanche et qu’elle a battu le FLN aujourd’hui », et que la preuve en est la visite de Chirac en Algérie où les jeunes l’acclamaient et réclamaient un visa pour la France.

S’il prend un ton dur pour dénoncer les Généraux, c’est pour dire en même temps que l’armée devrait de se retirer et n’avoir pour autre rôle que d’intervenir si le contrat démocratique ( règle de l’alternance etc..) n’était pas respectée. S’il dénonce les généraux, c’est pour dire que leur seule préoccupation aujourd’hui « c’est l’avenir de leurs enfants », avec une pointe de tendresse qui lui échappe.

S’il dit que l’Algérie appartient au monde arabe, c’est pour vite préciser qu’il parle d’une « aire géographique » et qu’il ne s’agit pas d’une communauté car la ligue arabe « c’est quelque chose de risible ».

Bref, la sociologie de la rue. Le genre de l’intellectuel qui fait mine de ne pas hésiter à déplaire pour mieux plaire. Ceux qu’il fait mine de dénoncer, la France, l’armée algérienne doivent l’écouter en souriant du manège.

Lui qui parle de  l’Algérie, installé de l’autre côté à mille kilomètres dit son admiration pour Pierre Bourdieu qui a étudié dans les années 60 l’Algérie sur le terrain. Il préfère, dit-il Bourdieu à Fanon. On le comprend: c’est Fanon qui a fait la critique la plus impitoyable de l’intellectuel colonisé.

  

  

  

Jeudi 23 mars 2006 11h

  

Aujourd’hui, dans le journal « El Watan » une page sur la vie du Professeur Pierre Chaulet. Un homme admirable, malgré quelques erreurs dans les années 90 où il avait accepté de s’impliquer politiquement en devenant Vice Président de l’Observatoire officiel des droits de l’Homme. Il avait fait alors silence sur la torture généralisée contre les islamistes. Non musulman, chrétien, il avait été sûrement aveuglé par sa peur culturelle de l’islam et des Islamistes.

Dans le journal « Liberté » du même jour, coïncidence, il y a un article qui s’essaye laborieusement à démonter le témoignage d’un ancien sergent chef de la sécurité militaire en Algérie qui a témoigné à plusieurs reprises à l’étranger sur l’affaire de l’assassinat des 7 moines de Tiberhine en affirmant quel est le fait des « services algériens ». L’article essaye de déconsidérer ce sergent chef en le présentant comme un escroc et un voleur. Classique. Mais alors pourquoi un escroc ferait il un tel témoignage, ce n’est pas le profil de ce type de comportement et de courage.

Dans « El Watan », toujours un article signé Smail Hadj Ali sur l’Irak. Bien écrit. On sent une vrai douleur et même du désarroi. Mais il finit par renvoyer dos à dos la barbarie américaine et celle islamiste. Incohérent. On ne peut être à la fois contre les américains et ceux qui les combattent. Contradiction permanente des pseudo communistes algériens, toujours entre deux chaises.

Hadj Ali vit en France ou y est resté longtemps. Chaulet, lui, est en Algérie. Il y travaille, il y continue à combattre la tuberculose. Il a prouvé et il prouve qu’il aime son pays. Quelle différence avec ces intellectuels et cadres algériens qui passent leur temps à  dénigrer leur pays, à le décrire en noir, sans aucune tendresse, peut être pour justifier qu’ils l’ont abandonné et que décidément, il n’est pas possible d’y vivre.

Dans « El Watan », hier, un article dingue de quelqu’un contre la langue arabe. Il cherche à prouver que ce n’est pas une langue et que si elle a progressé en Algérie, c’est grâce au français. A un moment, il dévoile ce qu’il est en disant sur une date, non pas la date elle même, mais quelque chose comme tant d’années « après Jésus » (je cite).

Il paraît que Bouteflika a vraiment un cancer (de l’estomac) et que l’armée pense déjà à son remplacement. Le nom de Lakhdar Brahimi circule. Bouteflika n’aura donc pas eu tout le temps pour écarter l’armée de la politique. Mais je crois qu’il est plus malin qu’eux et qu’il s’occupera lui même de sa succession.

Avant hier, un groupe de jeunes d’extrême droite a été arrêté en France. Depuis 2004, ils ont fait au moins huit attentats contre des commerces tenus par des arabes ou des turcs: incendies, cocktail molotov. On en a à peine entendu parler. S’ils avaient s’agi de juifs…

Les juifs ont été persécutés, massacrés par les allemands et autres européens. Ils en punissent les …palestiniens et les arabes.

  

Mercredi 29 mars 2006

  

Eclipse partiel de soleil.

Mon fils,  aussi s’est éclipsé. Ses premiers rendez vous avec des filles.

Elections en Israël. Israël devient de plus en plus « un pays comme les autres »: pauvreté, discriminations etc.. Ou plutôt, on en parle plus maintenant. La fin d’un mythe, y compris pour les juifs. Les médias occidentales parlent des élections comme si c’était un Etat normal. Tout est fait, depuis quelque temps, pour faire oublier la souffrance immense des Palestiniens. Par exemple, il est dit que l’enjeu des élections est la séparation par le mur des palestiniens et des israéliens. « Séparation », quel joli mot alors qu’il s’agit de parquer les palestiniens derrière ce mur.

Le sommet de la Ligue arabe se réunit en même temps. Bouteflika y est allé. Il a l’air malade. J’ai espéré, un moment, mais on se fait toujours des illusions qu’il allait avoir plus de courage, s’il est vraiment malade comme il le dit. Qu’a-t-il à perdre. Mais sur l’Irak, pas un mot pour dénoncer l’occupation américaine. Il a préféré être indirect, dénonçant les tentatives de diviser les irakiens, les appelant à l’unité, et appelant « l’alliance (américaine) à respecter ses engagements »!

Les Etats arabes ont peur de l’Amérique.

Sur la Palestine, il a été un peu mieux, parlant d’élections « qui ont été totalement démocratiques » et appelant à ne pas punir les Palestiniens d’avoir voté pour Hamas. Pourtant, en Algérie, les Algériens ont été punis d’avoir voté pour le FIS. Que de contradictions.

« le temps d’apprendre à vivre, il est déjà trop tard ». J’ai beaucoup appris de la vie. La vie est trop courte. C’est pourquoi, finalement, que la durée est celle de l’espèce et que nous sommes « programmés » pour penser à la survie de l’espèce et que toute notre vie individuelle et sociale est organisée en fonction de cela: laisser une trace sur terre, passer l’héritage à nos enfants, faire avancer nos connaissances, etc.

En France, la mobilisation contre le CPE. Cela me semble disproportionné. Il y a derrière autre chose: des enjeux de pouvoir, entre la droite et la gauche, qui est derrière ces manifestations, au sein de la droite et de la gauche. Les manifestations donnent l’impression d’être  celles des français, des « vrais »: étudiants, fonctionnaires, travailleurs du secteur public etc.. La rue française est pleine de sympathie pour ces jeunes, pour les manifestants. Ce ne sont pas les jeunes de banlieue. D’ailleurs ce CPE avait été fait justement après les émeutes de banlieue, dans le cadre d’une loi pour l’égalité des chances. Bien sûr on pourra dire, avec un ton très progressiste, que justement, il ne faut pas de discrimination et prévoir des mesures spéciales pour ces jeunes de banlieue. Mais il reste quand même un arrière goût de réaction raciste à ce CPE, un racisme très complexe et difficile à débusquer, caché derrière de beaux sentiments. Un peu, comme le non à la Constitution européenne, la peur du « plombier polonais », de l’entrée de la Turquie etc…

  

Samedi 1 avril 06 8h30

  

Discussion au restaurant avant hier soir avec un réalisateur de cinema algérien vivant en france. Attachant, plein de contradictions. Il nie les problèmes d’identité alors que c’est son problème. Pour le reste, tous les clichés de « la gauche » francophone algérienne: « il faut faire la différence entre la France et le colonialisme français », la propension a être plus préoccupé par les « juifs pacifistes » et « leurs « bonnes positions » que par la souffrance immense des Palestiniens, etc.. bref une idéologie sur mesure pour ceux qui vivent en France et sont entre 2 chaises en permanence.

Il n’a pas conscience que sa théorie n’est ni plus ni moins celle du « colonialisme positif ».

  

Dimanche 9 Avril 9h18

  

Ce matin, LCI, la chaîne d’information en continue de TF1, met, comme par hasard, l’accent sur 2 informations: la condamnation des agresseurs de la jeune fille maghrébine « brûlée vive », il y a un ou deux ans. Une autre affaire, d’une autre fille, dont on sait seulement là aussi qu’elle est musulmane, gravement brûlée au visage parce qu’elle a refusé « les avances de son agresseur, un pakistanais. Tout cela dans le style « ni putes, ni soumises », l’organisation sponsorisée par le PS français. Le vocabulaire utilisée:  » la barbarie »" Deux faits extraordinaires , mais la médiatisation faite, le vocabulaire utilisée, les transforme de fait en un fait générique, celui du comportement de toute une civilisation: les musulmans.

Le colonisé, en Algérie ou ailleurs, les reprendra, pour y retrouver la preuve de notre infériorité. Le colonisé pratique constamment l’auto mépris, c’est à dire le mépris du colonisateur qu’il a profondément intériorisé.

Les atrocités des américains, des français, n’influeront jamais sur la haute idée qu’il a de ceux ci. C’est cela le rapport de domination.

Sur ARTE, un reportage, avant hier: « les télévisions algériennes ». L’objet: montrer les changements dans la télévision algérienne, et les conséquences de l’accès aux centaines de chaînes satellites, en Algérie, l’un des pays les plus « parabolés ». Et puis à l’intérieur de ce reportage, comme innocemment,  on fait parler un ou deux algériens choisis « par hasard », pour  qui l’Arabe de la télévision algérienne « est académique et ennuyant » et que les algériens apprécieraient mieux leur « arabe dialectal ». Un intellectuel francophone, Abdou B est  sollicité pour expliquer que cet « arabe dialectal » est cette solution « qu’a trouvé le peuple pour parler et faire la synthèse du français et de l’arabe » en se moquant du point de vue officiel. Bref, le sabir que la couche francophone affectionne tant car elle n’y voit pas un concurrent sérieux au maintien de la domination de la langue française. Par contre, pour le Français, elle est soucieuse, plus qu’un français, de son utilisation correcte, « académique ».

Il n’est même pas besoin de faire défendre au colonisé le point de vue de son maître. Il le fait spontanément.

Depuis quelques jours, les israéliens font des raids et tuent des palestiniens. L’information est donnée au passage, comme un fait banal: 7 palestiniens tués, 8 palestiniens tués . le vocabulaire là aussi est choisi avec soin « des activistes palestiniens ». Que veut dire « activiste ». Mot subtil… Pour que des morts deviennent un événement médiatique, il faut qu’ils soient israéliens. Et là ce sont toujours des civils, « des innocents ».

Les américains viennent d’interrompre « leur aide aux palestiniens » après la victoire de Hamas aux élections. Il serait plus simple qu’ils fixent eux mêmes le résultat des élections .

Puisqu’on parle des américains et que ce sont eux qui ont inventé la gestion médiatique du monde. Pour l’Irak, comme c’était prévu, ils font désormais de l’image de la statue de Saddam qui s’écroule, le symbole  » de sa libération ». Mais pas de chance, tout le monde avait vu en direct comment cela s’était passé, le scénario préparé: la place prêt du grand hôtel encadré par des chars, les caméras prêtes à tourner, un petit groupe de voyous irakiens qui arrivent en vociférant, qui peine ridiculement pour faire tomber la statue, ils n’y arrivent pas, les soldats américains qui interviennent alors, qui font l’erreur de remplacer le drapeau irakien par le drapeau américain, qui finissent par faire que la statue s’incline en la tirant avec un câble accroché à un char, la statue qui refuse de s’écrouler… Grotesque. On appelle cela l’Histoire.

  

Lundi 17 avril 06 10h54

  

Hier, j’assiste à une soirée. Nous nous connaissons tous. Beaucoup de monde. Que de destins croisés, de regards, de chuchotements, de secrets chez chacun. Si tout le monde pouvait penser à voix haute, ce serait fascinant

  

20 avril 06

Ecrire sur la question nationale et notamment mes anticipations sur la Chine. Ce livre, je voulais l’écrire en 1990.

Quelques dialogues notés:

« Tu crois qu’il n’y a pas une autre façon de vivre qu’occidentale? Tu t’es aligné sur l’européocentrisme. » Tu ne peux pas comprendre qu’elle met le hidjab aussi pour se défendre, pour sa dignité. »

« Ils sont pleins de sympathie pour le voile du Targui.  Mais pour tout ce qui est du voile islamique, ils voient rouge ».

« Tu regardes le monde avec des lunettes bleu blanc rouge. »

« Imagine toi une France où l’élite parlerait l’Arabe, lirait en Arabe, vibrerait à la culture arabe, regarderait les télé arabes, lirait les journaux arabes, aurait appris dans les écoles « nos ancêtres les arabes, comment verrait elle le mode, avec une vision française? »

  

6 mai 2006 17h

Notes concernant la semaine passée:

  

- Les latinos, aux USA, ont osé traduire l’hymne américain en espagnol. Grosse émotion aux USA; Bush est questionné à ce sujet: « ceux qui veulent vivre dans ce pays doivent connaître notre langue, l’Anglais ».

- Le mur de Berlin avait été qualifié de mur de la honte » par les USA et l’Occident. Les Etats Unis prévoient de construire un mur de 1000 km sur leur frontière avec le Mexique. Israël a construit un mur de centaines de km pour séparer et parquer les Palestiniens.

- dans une ville en France, le maire a pris un arrêté interdisant les rassemblements de plus de…3 jeunes en villes. Evidemment il s’agit des jeunes arabes. Comme à la belle époque du colonialisme.

- une série américaine, les « Experts » fait fureur à la         Télé. Très bien faite. On est  obligé de suivre les détails de l’enquête de la police scientifique pas à pas. Et on est obligé de suivre même la pub de peur de rater une image de la série. Tous les crimes sont des crimes sado sexuels. On comprend mieux du coup les tortures sado-sexuels en Irak. Ce qu’avaient fait les américains dans les prisons irakiennes y ressemblent étrangement. On comprend mieux  la civilisation américaine actuelle.

- d’après les statistiques mondiales, 5% des émigrés dans le monde, se trouvent en Europe. Et c’est là où on fait le plus de bruit contre l’émigration.

- Dominique de Ville pin continue d’être harcelé sur la bizarre affaire ‘Cleastream ». Par le journal « Le monde « notamment. Là aussi, cela semble démesuré.  Les Américains et leurs sympathisants en Occident ne lui ont pas pardonné sa position sur l’Irak. Plus généralement ils ne veulent pas du gaullisme, surtout maintenant.

  

Vendredi 19 Mai 2006 11h 30

Hier, 38 degrés à Alger en plein Mai.42° à Chlef: la plus haute température sur la planète ce jour là, d’après la Météo sur Internet. Le réchauffement de la planète. On a beau dire, mais le catastrophisme ambiant nous influence.

Le soir, sur la chaîne française « la 6″, un documentaire: « Quand l’Algérie était française ». Un brusque retour vers le passé, mes souvenirs, l’horreur du colonialisme, tout ce que nous avons souffert. Mais en même temps, la gentillesse d’Algériens, leur affection quand ils reçoivent un pied noir de retour. Il en est ému aux larmes. Au fond, la terrible émotion et sensibilité des pieds noirs à tout ce qui concerne l’Algérie ne peut se comprendre que par un profond sentiment de culpabilité. Le reportage signale aussi au passage, innocemment, comment la communauté juive était Algérie française. Des extraits du journal d’un jeune juif sont lus. Cela aussi certains voudraient l’oublier, y compris chez nous.

Quand on replonge avec ce reportage dans les années 50, on s’aperçoit aussi la force de notre sentiment d’être arabes, la phrase fameuse de Ben Badis à ce sujet,, Ben Bella qui le proclame à son retour de la deuxième guerre mondiale.

Cette phrase terrible de simplicité chez un maquisard, Zennati et qui fait comprendre ce que c’est que la guérilla: »où on est avec nous, ou contre nous, il n’y a pas de place entre, où la personne est innocente ou elle est coupable, la vie ou la mort, nous n’avons pas de prisons ». On revoit la misère totale des Algériens, l’immense différence de niveau de vie entre les 2 communautés française et algérienne. Ce que la pseudo gauche algérienne voulait nier avec sa fameuse analyse de classe, qu’il y a « aussi des exploités, des ouvriers dans la communauté pied noir ». Ils ont bouclé leur vie aujourd’hui en s’étant « exilé »(!) tous en France, fournissant ainsi eux mêmes le sens de leurs positions politiques.

Et je me mets à songer comment l’Histoire se répète aujourd’hui: Les algériens qui avaient trouvés une place dans la structure coloniale ( instituteurs, fonctionnaires, militaires, ouvriers de la SNCF, de la poste, traminots, etc..) où leurs enfants continuent de dominer le pays. Ils ont remplacé les pieds noirs. Ils parlent leur langue et ils s’en vantent. Ils osent dire aujourd’hui que nous ne sommes pas arabes et même, comme dans le reportage, qu’ils ont un « lien ombilical avec la France’ ». Ils s’acharnent, comme l’a fait le colonialisme, à empêcher la diffusion de la langue arabe dans les écoles, l’administration. Ils reprennent aujourd’hui l’idéologie de légitimations des pieds noirs: »nous n’étions pas tous des colons » comme si tout le monde pouvait être colon dans un système colonial! Il faut bien une administration coloniales, des commerçants etc..

Les mêmes algériens  nient de la même façon que l’origine ethnique pèse plus que l’origine sociale, dans les banlieues actuellement en France, en ce qui concerne les discriminations sociales. D’ailleurs, une étude de l’INSEE française vient de le montrer.

L’Histoire se répète: devant le mouvement islamiste, la minorité francophone a les mêmes réflexes quasi coloniaux: peur du « musulman fanatique », répression, tortures, exécutions sommaires, peur des élections . Je me souviens, en 1966, cette image soudaine que j’avais eu sur une plage d’Ain Taya:  ces algériens qui venaient de prendre en main l’administration du pays, sur la plage se dorant comme les pieds noirs, parlant français à leurs enfants, le peuple les regardant de loin, comme il y a, à peine quelques années, il regardait les pieds noirs. Je m’étais dit: »mais c’est encore plus grave, ceux qui étaient proches des français se multiplient désormais ».

  

Lundi 29 Mai 2006, 8h16

  

Jeudi 25 mai puis Samedi 27,  Jean Claude Briali est à Alger pour la projection de son film « Sur les pas de mon enfance ». Un film tendre et sincère sur son enfance en Algérie. Un regard sur la beauté de l’Algérie et de son peuple avec en arrière plan une honte pudique et discrète sur l’absurdité du colonialisme et du racisme. Son père était dans l’armée coloniale.

Débat autour de son film. Le public: l’Algèrie francophone. Je remarque, que les algériens qui « tournent » autour des français, cette élite francophone encore colonisée, est très agressive avec les français dont ils ne peuvent se passer. Rapport complexe. Par contre, le peuple, lui, est chaleureux, sans haine et sans rancœur. Moi aussi, autant je suis à l’aise avec les Français, un rapport humain avant tout, autant cette élite algérienne m’exaspère et m’irrite.

Coïncidence du temps, hier, le film « indigènes » de Rachid Bouchareb, reçoit le prix de l’interprétation masculine pour son groupe d’acteur: Djamel Debouz et 4 autres. Sur la scène , il entonne l’hymne des pieds noirs « C’est nous les Africains ». Inconscience ou aliénation.  Je me souviens des manifestations pieds noirs qui entamaient cette hymne avant de se livrer à des ratonnades et lyncher, femmes, enfants vieillards, tous les arabes qui leur tombaient sous la main. Le film part peut-être d’une bonne intention, rappeler que des arabes sont morts « pour la France » ( mais est ce pour elle, les pauvres, ils étaient mobilisés, emmenés et c’est tout) mais il devient un film réellement d’indigènes. Ironie, continuer  de les appeler « indigènes »" en France. 

  

Jeudi 13 juillet 2006 18h30

  

Hier, Zidane s’est expliqué, sur Canal +, sur « son coup de tête » (aux sens propre et figuré). Mais plusieurs jours après. Sans spontanéité. Donc un interview bien préparé. Il est apparu avec une tenue avec une pointe de vert de gris, connotation un peu militaire, très discipline française. Maquillage parfait, visage lisse, rasé de prés, en bonne santé. Ce n’était plus le Zidane d’après le match, sombre, un peu désemparé, l’air d’avoir fait une grosse bêtise, peut être irréparable pour son image. On sent qu’il a été bien briffé, que chaque mot, chaque phrase a été répétée. Le message essentiel: je m’excuse, je présente mes excuses, surtout pour les enfants, les jeunes. Mais il dit aussi qu’il ne regrette pas son geste. Contradiction. Car le fait est là, il est têtu, impossible d’y échapper.

Mais les enjeux sont très gros: les sponsors, la publicité, l’utilisation politique intense de son image par la classe politique française. Tout le monde a besoin de lui et voudrait bien fermer les yeux sur ce qu’il a fait.

En Algérie aussi, il est récupéré politiquement par tout le courant algéro français. Bouteflika lui a envoyé un message indécent, pratiquement d’amour. Indécent parce qu’il s’agit tout de même de l’équipe de France et pas de l’équipe d’Algérie. Imaginons Chirac envoyer un tel message  à un joueur de l’équipe d’Algérie pour la seule raison qu’il est d’origine française.

Amusant : la presse algérienne francophone défend Zidane bec et ongles. Aujourd’hui El Watan titre « il m’a insulté ma mère et ma sœur » pour expliquer qu’il s’agissait d’une « affaire d’honneur » pour Zidane. Le journal « Liberté fait à peu près la même chose. Amusant, pour les partisans de la modernité.

La récupération politique va plus loin: comme on s’est aperçu que l’immense majorité de la jeunesse algérienne avait soutenu l’Italie et pas la France, le Soir d’Algérie ( d’avant hier) y voit la main des islamistes. On suggère que les islamistes n’aiment pas Zidane car  il les concurrence par son image auprès de la jeunesse. Pauvre Zidane, qui n’a que foutre de tout cela et qui c’est toujours bien gardé de politique. On va même jusqu’à affirmer que Zidane a réagi à « l’insulte qu’on lui aurait fait le joueur italien en le traitant de terroriste ». Récupération indécente.

La vérité c’est que tout simplement les jeunes ont soutenu l’Italie et qu’ils auraient soutenu n’importe quelle équipe jouant contre la France. J’ai été stupéfait car je soutenais , moi aussi, l’équipe de France, car il y avait Zidane. Je me suis aperçu comment peu à peu, ces derniers temps, je m’éloignais de ma société, je ne la « sentais » plus comme avant.

J’avais dit mon étonnement à un jeune: »Mais Zidane est un algérien! »

Il m’a dit: »Non, c’est un Français. Qu’a-t-il fait pour l’Algérie. Il est français dans l’équipe de France. Peut –on soutenir un pays qui vous insulte tous les jours. Sarkozy qui dit que les arabes sont de la racaille.. ».

Un autre article sur le même sujet da            ns El Watan. La correspondante à Rome du journal dénonce le « chauvinisme italien sur l’affaire et prend parti pour…le chauvinisme français. Décidément, l’identité de nos franco-algériens est totalement brouillée.

A ce sujet, une anecdote de Hussein ( un émigré sympa qui vient de revenir au sujet des gens d’Hydra  ( quartier chic  où il y a une forte densité d’algéro français ): pendant les évènements d’Octobre 88, la tchi tchi d’Hydra s’est cotisée pour acheter un bus et le brûler pour faire comme les jeunes des quartiers populaires ».

  

Israël a attaqué le Liban, bombardé l’aéroport international et des quartiers du Sud Liban à la suite de  la prise par le Hezbollah de deux soldats israéliens. Le Hezbollah propose de les échanger contre les prisonniers libanais en Israël. Israël et Bush parlent de terrorisme. Apparemment seule Israël a le droit d’avoir des prisonniers.

Bush vient de parler à ce sujet: »Israël a le droit de se défendre ». Il voulait probablement dire d’attaquer. Le pétrole du coup est monté à plus de 76 $.

Les Israéliens sont devenus fous d’arrogance. Il font une grave erreur en étendant la guerre au Liban.

Bush, lui, a l’air de mettre les USA totalement aux ordres d’Israël.  Là aussi, c’est une erreur.

  

Réflexions:

- c’est drôle comme un homme vivant, bouge occupe beaucoup de place; on est toujours stupéfait de voir la place si petite dont il a besoin dans une tombe.

- en Algérie, la résistance n’a pas remporté une victoire militaire mais une victoire morale contre la France. La preuve, un résistant algérien peut aller en France sans que cela choque les Français. L’inverse n’est pas vrai pour les français qui ont participé à la guerre en Algérie.

  

  

Vendredi 14 juillet 2006

  

Cette impression de vie ratée qui se déclenche à certains moments, surtout le soir, avant de dormir. Le déclencheur: parfois ce livre que je n’ai pas écrit sur la question nationale dans les années 90. J’y prévoyais que les seuls PC qui resteraient seraient ceux qui avaient guidé la résolution de la question nationale: la Chine, le Vietnam, Cuba . Cela s’est vérifié: la Chine. Tout ce que je n’ai pas écrit, à temps. Aurais-je la force de le faire. On retarde, on retarde, sans penser que les forces vont décliner et qu’on ne pourra le faire comme on l’aurait fait alors.

Et puis soudainement, ces derniers jours une grande découverte qui m’a apaisé. Où l’ai je faite? Je crois dans la voiture. Je pensais à Y.., à cette chance immense de notre amour. Et puis aussi, en plus profond, ces découvertes où Z.. a joué le rôle de catalyseur sans s’en rendre compte. C’était, je crois, sur la question de l’absurdité des regrets. Mais en plus profond. Pas la discussion classique. A peu près cela: Tout s’enchaîne, tout s’emboîte. On ne peut séparer ce qu’il y a eu de bien, de ce qui ne l’a pas été. L’un suppose l’autre.. L’absurdité des regrets, des « Si j’avais fait cela ». Les gens se torturent et pour rien.

  

du 8 Novembre 2005 au 12 Novembre 2005

Samedi 12 novembre 2005

  

Mardi 8 Novembre 2005 8h44

12eme nuit d’émeutes dans les cités de banlieue en France.. Les esclaves arabes et noirs se révoltent. Spartacus en 2005.

Hier, le Gouvernement français a annoncé qu’il appliquerait une loi de …1955, sur le couvre feu. Une loi datant de la guerre d’Algérie. Etrange permanence. Quand je disais que le colonialisme ne cesse de mourir.

C’est Sarkozy, le ministre de l’intérieur qui a mis le feu aux poudres. A Clichy sous Bois, il a regardé vers les fenêtres des bâtiments et il a dit « nous allons vous débarrasser de cette racaille ». Le lendemain, les émeutes se propageaient aux autres régions.

Mon fils,  m’a appris que la femme de Sarkozi, qui l’a quittée, l’aurait  fait pour quelqu’un qui aurait du sang  arabe. A-t-il désormais un compte personnel à régler? A quoi peut tenir l’Histoire!

Peut être aussi  voulaient-ils ces émeutes? Sur canal plus, hier, une camera caché enregistre un dialogue de policiers entrain d’humilier et de provoquer un « beur ». Il leur reprochait de le tutoyer , de l’humilier et il disait timidement »c’est pour cela que ça a éclaté ». Ils lui ont dit: »on n’en a que foutre que les cités brûlent. On va te faire rôtir comme tes deux copains (ceux électrocutés dans un transformateur et poursuivis par la police, ce qui avait déclenché l’émeute au départ)

Ces émeutes ressemblent à celles des jeunes d’Octobre 88 en Algérie, et de toutes celles qui y éclatent( sporadiquement chaque année), en Kabylie, à Arzew ou Bechar dernièrement. J’ai dit à mon fils, que c’était la preuve que les jeunes arabes ne faisaient pas de différence entre l’Algérie et la France. Il a ri.

Il y a quand même un résultat déjà de ces émeutes: on ne dit plus à propos de ces jeunes qu’ils ne veulent pas s’intégrer, qu’ils ne se considèrent pas comme Français mais qu’on ne les considèrent pas comme Français.

Les médias dans le Monde, des USA à la Russie couvrent ces évènements en les dramatisant: on a l’impression que la France brûle, qu’elle est au bord de la guerre civile. Le tout, dans un parfum de racisme et de sentiments anti islamistes et anti-arabes. La palme revient à la Russie qui parle des populations émigrées avec haine et souhaitent la « tolérance zéro, la répression ». Cela donne à réfléchir sur l’ex URSS.

J’ai voulu écrire beaucoup de choses ces derniers jours. J’en ai oublié la moitié. Preuve que ce qu’on dit, ou qu’on fige sur une feuille dépend des circonstances et est bien fragile.

Hier par exemple, je pensais écologie, et aux espèces qui disparaissent de la planète. J’ai dit à ma fille en riant: Noé avait voulu les préserver dans son arche. Aujourd’hui, nous les éliminons une à une.

J’y pensais, peut être à cause d’un débat à la télé où j’écoutais le défenseur de l’environnement Nicolas Hulot. Cet homme m’impressionne. Honnête, profond, simple, clair. Il disait, en résumé, qu’on connaissait maintenant les conséquences sur la planète des atteintes à l’environnement, qu’elles étaient palpables, démontrées, concrètes, que la planète était ronde, limitée, et que l’on savait maintenant que l’action de l’homme sur elle n’était pas marginale. Mais qu’il fallait désormais connaître, combattre « l’état d’esprit » à l’origine de cette situation. Cet état d’esprit c’est l’ « ambiguïté du modèle européen » auquel on se réfère. Il dit qu’ on oublie que ce modèle n’a été possible qu’à cause du colonialisme qui a permis le développement et l’accumulation des richesses à un pôle, et donc ces dégâts sur la planète de plus en plus. Continuer de le considérer comme modèle c’est aller à la catastrophe. Il a donné un seul exemple, troublant, émouvant: celui de la disparition actuelle des grands singes: les gorilles, les orangs-outans, les chimpanzés. Il donne 10 ans pour celle des orangs-outans, 20 ans pour celle des chimpanzés. Ces derniers ont plus de 99% de leurs gênes en commun avec nous. Ce sont nos cousins. Il dit que si ces derniers disparaissent alors qu’ils nous sont si proches et que nous avons quand même un peu honte de cela en les regardant, qu’en sera-t-il alors des espèces plus éloignées. Les chimpanzés ont une vie sociale, des formes de conscience, fabriquent des outils. Avec les chimpanzés c’est notre histoire, c’est la compréhension de nous mêmes, de notre évolution qui va disparaître.

Il faut une autre civilisation. Ceux qui réfléchissent actuellement comme Nicolas Hulot nous permettent une vision plus généralisée, d’unir la vie sociale et la nature. C’est le véritable progrès de la pensée depuis le Marxisme du 19éme siècle.

Je voulais écrire aussi sur une soirée d’il y a quelques jours passée à la TV, à regarder des séries américaines: violence, sexe. Dans une seule soirée, il y avait d’abord une série policière très bien faite ( New York…,), basée sur le genre police scientifique actuellement à la mode. L’histoire: des couples, femmes hommes qu’on découvre tués, violés, y compris l’homme avec du sperme dans son anus. Horreur, mais ce n’est pas tout: les coupables, 2 jeunes hommes, des frères. On découvre ensuite qu’ils le font ensemble. Puis que l’un des frères domine l’autre et…couche avec l’autre, et qu’il frappe son père qu’il terrorise.. Etc.. puis un film sur des enfants violés et assassinés. Puis une histoire de lesbiennes assassines. Une soirée hallucinante. Les américains veulent pourrir le monde.

Et hier, à l’autre pôle, les évangélistes américains et leurs valeurs morales puritaines. Ils sont trente millions, influencent largement désormais le congrès. Le chef de l’Association des églises évangélistes a une ligne téléphonique directe avec Bush. Elles s’étendent avec une vitesse incroyable: une église nouvelle tous les 2 jours. Ils créent des cellules partout dans le monde du travail qu’ils veulent désormais occuper. On dirait les méthodes communistes, à la différence qu’il y a ensemble patrons et salariés dans « l’amour du Christ ». Tout cela au service de la puissance américaine.

 Les évangélistes organisent , par exemple, des « bals de la pureté et de l’abstinence » où les filles viennent avec leur père pour faire serment de « rester pures jusqu’à leur mariage ». On n’a jamais évaluer vraiment les conséquences historiques sociales du SIDA. Je ne sais pas pourquoi, on n’en a jamais parlé clairement.

14h56

Tout à l’heure, à 13h, une femme d’origine algérienne, Mimouna, sur Canal plus. Elle a été magnifique: « Ces jeunes, ce sont nos enfants. Mon fils, lui, il a pu s’en tirer, il est étudiant à la Sorbonne, mais ils sont tous nos enfant.30 ans que cela dure. Hier, nous avions les larmes aux yeux, nous attendions que Dominique de Villepin ( le 1er Ministre français) leur dise quelque chose, un message d’espoir. Sur 20 mn de son intervention, 15mn pour la répression. Il retire une loi, qui a été utilisée en Octobre 1960 lorsqu’on a imposé le couvre feu à nos pères et que le sinistre Papon les a fait jeter dans la Seine. C’est une gestion coloniale de cette crise. J’appelle les jeunes à ne plus casser, à ne plus s’autodétruire. »

Pourtant, il a fallu que les jeunes agissent ainsi, qu’ils brûlent et détruisent pour qu’on les écoute, il a fallu qu’on les accule au désespoir.

Tout à l’heure, Philippe de Villiers, raciste haineux, parlait de « guerre contre la France » dans les banlieues et demandait l’intervention de l’armée.

  

Mercredi 9 Novembre 2005 18h40

Un très beau feuilleton sur TF1: »les rois maudits ». La féodalité française. Décors somptueux grâce notamment au virtuel, très bons dialogues. Intrigues de la cour, où le mariage est au centre, le mariage et aussi l’impossibilité de le défaire si ce n’est par la mort.

Au même moment, et depuis des siècles ,l’Islam lui permettait le divorce. Le divorce, qui dans beaucoup de pays européens n’a été possible qu’au 20eme siècle. L’Islam était  décidément très moderne.

Débat, encore hier, à la Télé, sur les émeutes en France. Des officiels, députés, ex ministres avec des représentants de l’élite émigrée, celle qui a réussi.

Un député de l’UMP y va de son discours sécuritaire. Il reproche à un homme d’affaires d’origine algérienne ( quelqu’un d’impressionnant, clair, honnête, concis) de jeter de l’huile sur le feu lorsqu’il donne les véritables statistiques du chômage: 10% en moyenne en France mais près de 50% dans la jeunesse d’origine émigrée. Et après, le même député de l’UMP va dans le facile, parlant des policiers blessés, etc.. l’autre n’a pas le réflexe de lui dire que c’est lui en réalité qui jette de l’huile sur le feu alors que ces statistiques elles, au contraire, pourrait faire réfléchir les gens, les français et donc mieux comprendre le problème.

La technique, toujours en la matière, consiste à parler des symptômes et non des causes: ce sont les arabes qui brûlent, qui sont délinquants, dealers etc.. Avec, comme argument, ce sont des faits. Elle consiste à dire aussi, ce qui est incontestable, qu’on n’a pas le droit de brûler des bus, des écoles etc.. D’abord, on oublie, comme le faisait remarquer un « beur », que les jeunes brûlent devant chez eux, que les voitures ce sont celles de leurs pères, qu’ils « s’autodétruisent » comme un appel au secours. D’autre part, la technique consiste toujours à passer de l’individuel, au social sans qua rien n’y autorise: lorsque quelqu’un brûle une voiture, c’est in délit, mais lorsque des milliers le font, c’est un problème social, donc politique, il n’est plus du ressort seulement du jugement moral

Pour en revenir à cet homme d’affaire « beur » si énergique et clair, c’est étonnant comment cela fait partie des qualités des beurs: ils ont trempé leur volonté dans une société hostile et raciste, ils ont appris à affronter une majorité, à aiguiser leurs arguments, à ne pas se laisser faire. Ils sont admirables.
Par contre, il y avait un autre hommes d’affaires, qu’on voit souvent, le genre arabe de service: lui est président d’une « association de musulmans laïques ». Y a t-il une association de chrétiens ou de juifs laïques. En fait, il n’a d’évidence rien de musulman. Un titre, pour les besoins de la cause. Il s’est grillé dans ce débat, dénonçant  les casseurs et , à d’autres moments, essayant de dénoncer aussi les discriminations sociales tout en les niant à travers un discours sur le mérite, « la république qui ouvre ses bras à ceux qui…etc.. »

  

Samedi 12 Novembre 2005 16h08

Avant hier sur une chaîne de télé française, dans une émission littéraire de…, Nina Bouraoui, une écrivain d’origine algérienne. Elle vient d’avoir le prix Renaudot de littérature. Magnifique femme!Belle, élégante, sobre, une distinction naturelle. Un français aussi, merveilleux de clarté et de concision. Elle dit à moment donné, avec détachement, comme une évidence: « je me sens profondément arabe et de plus en plus ». L’animateur est interloqué et lui dit qu’elle vient d’employer tranquillement « un mot tabou » en France, qu’on n’ose prononcer. Elle lui dit qu’il est pourtant, pour elle, très beau.

J’ai alors réalisé, devant cette franchise en fin de l’animateur, la monstruosité de la chose: faire du mot arabe un mot vulgaire, une insulte, était donc une entreprise consciente de la France. Et c’est pourquoi nos colonisés sont aussi pris d’horreur quand on leur dit qu’ils sont arabes.

Hier, j’étais à un enterrement . C’était vendredi, et le corps de la défunte a été emmenée à la Mosquée. La chance d’être enterré un Vendredi. Le Vendredi draine des foules énormes, surtout des jeunes. Ils viennent tous avec leur petit tapis, leur hsira car il n’y a pas de place dans la mosquée et la foule déborde dans la rue. Je suis resté deux heures là, avec la foule dehors, dans la mosquée. Je voulais être avec mon peuple, le comprendre. Je regardais l’immense recueillement, recueillement en écoutant la belle voix et l’arabe magnifique du jeune Imam, les valeurs humaines de chacune de ses paroles, recueillement aussi lorsque l’Imam s’est arrêté et que chacun méditait, ou lançait une prière muette, de longs moments dans un silence impressionnant d’une foule qui communiait dans les mêmes valeurs, la même culture, la même civilisation.

A la fin de la prière, l’Imam a demandé à tous ceux qui le voulaient, même ceux qui ne connaissaient pas la morte, d’aller l’accompagner à se dernière demeure car c’est un privilège d’être enterré et donc entouré d’affection un Vendredi. Une foule énorme s’est jointe alors au cortège de sa famille.
Je regardais tout cela et je pensais combien il était dérisoire de chercher à couper ce peuple de son histoire et de sa civilisation. La partie est perdue pour ceux qui essaient de le faire.

Au même moment comme un écho, des jeunes, dans les émeutes en France, disaient, mais avec un ton fier et indomptable, « pour eux, nous sommes des arabes, des terroristes ». Une mère montrait son immeuble: « nous ne sommes ici que des noirs et des arabes ». Je regardais aussi ces jeunes , en train de courir dans les rues, affrontant la police leur énergie colossale, leur courage stupéfiant: l’un, frappé par des policiers, maîtrisés, à terre, roué de coups les regardait dans les yeux et leur criait: »tu ne me fais pas peur!Tu crois me faire peur! Tu ne fais pas peur. » Un autre aussi roué de coups criait aux journalistes:ils me frappent à coup de pied dans la tête!  » et cela sans un gémissement. Indomptables. C’est vrai, comme le disait un français, que la France a besoin de cette énergie. Pauvre France, aveuglée par le racisme, et qui ne voit pas ce trésor de jeunesse qu’elle a chez elle.

Au même moment, des bombes en Irak, en Jordanie. A la Télé française,, eux qui ne sont pas des arabes, et qui n’ont rien à faire au Liban, suggèrent que la Syrie a occupé le Liban pays arabe.

La télé italienne vient de prouver, par des images, que les américains avaient bombardé Falloudja, en Irak, aux bombes au phosphore blanc. Les américains démentent en disant que…les bombardements ne visaient pas les populations civiles.

Le monde arabe souffre partout, même dans ses enfants qui sont allés ailleurs, on le torture, le martyrise, on le harcèle. Mais il résiste, il se bat, avec la force que trouve toujours les grandes civilisations humaines.

Le marxisme vulgaire, celui de nos pseudo communistes, du communisme européocentriste, n’avait retenu de Marx que la religion n’était que soumission, l’opium du peuple. Et pourtant, c’est l’Islam qui se bat partout, en Palestine, en Irak, en Algérie, et même aux USA et en France. C’est lui qui donne la force de mourir, de donner sa vie en se battant. Il apparaît partout comme un formidable instrument de lutte pour la dignité humaine.

J’ai beaucoup de respect pour cette religion qui a donné la force aux musulmans de se battre et de résister.

Une sonde a été envoyée, il y a quelques jours, vers Vénus, une autre doit aller vers Mars. Un scientifique commentait: ce genre d’expéditions servent à comprendre d’où nous venons, comment est venue la vie.

Et j’ai soudain songer à cette recherche, à cette curiosité qui nous pousse toujours ailleurs, et maintenant dans l’espace. Comme une force immanente, irrésistible, en nous, dans nos gênes. C’est comme si nous voulions aller à la rencontre de Dieu et que Dieu était dans l’avenir, qu’il était ce but ultime de notre espèce.

J’ai pensé aujourd’hui à la Conscience. Comment peut elle exister si elle s’éteint? C’est une contradiction. A quoi sert cette conscience d’un début et d’une fin, cette conscience d’être, sans l’existence de Dieu puisque la conscience est celle de sa nécessité par définition. En d’autres termes, n’est elle pas née, ou n’a-t-elle pas été donnée que dans ce but. Puis je être conscient d’exister si je ne me pose pas de suite celle du sens de cette existence.

du 14 mai 2005 au 1er Novembre 2005

Mardi 1 novembre 2005

  

  

Samedi 14 mai 2005, 8h43, Hassi Messaoud, les touaregs, la Sonatrach, les Kabyles

Hier, j’ai visionné une cassette sur ce qui s’était passé à Hassi Messaoud: 300 hommes, d’après certains journaux qui se sont rués sur le quartier des femmes, pour eux des prostituées, et qui ont saccagé, violé et même tué aux cris de « Allah ou Akbar ». Un reportage d’un algérien.

A l’époque, on avait parlé d’islamistes. Le reportage a cela de bien qu’il questionne tout le monde, les hommes, les femmes, des femmes qui ont été violées et l’une poignardée et laissée pour morte. On en découvre des choses: la misère à Hassi au milieu des richesses du pétrole, pas de travail, les natifs de la région parqués comme des indiens, les touaregs étrangers dans leurs propres pays, le régionalisme (arabes, kabyles, touaregs) utilisés par les autorités et la Sonatrach pour diviser. Un milieu d’hommes où les femmes, si elles sont dociles ou acceptent de se prostituer trouvent immédiatement du travail, tandis que les hommes, les jeunes sont au chômage. L’humiliation quotidienne qu’ils ressentent. Et alors on comprend mieux  ce qui s’est passé. On traite les gens comme des bêtes et on s’étonne ensuite qu’ils se conduisent comme des bêtes.

Il faudra aussi un jour se pencher sur ce que fait la Sonatrach. Elle est là, énorme et silencieuse, se fait oublier. Mais c’est un Etat dans le Sud de l’Algérie, et un Etat colonialiste et raciste aux yeux des  gens du Sud.

Il y a deux jours je crois , j’avais parlé de ce débat sur la chaîne « Arte » ou un français exposait brillamment et cyniquement leur stratégie concernant l’Islam. Ce qu’il disait était juste concernant la religion en tant que « pure religion » qu’il dissociait de la religion en tant qu’identité culturelle. Par exemple pour la Kabylie: les kabyles ont deux repères identitaires, l’Islam et la culture Amazigh. Le développement de la revendication identitaire les amène à mettre plus l’accent sur la 2eme composante puisque c’est elle qui les différencie. On peut même y voir la raison, chez certains courants, d’une opposition à l’Islam ou de positions laïques. D’autres, marginaux, peuvent même, par ce mécanisme, être un terrain au christianisme ou même à l’évangélisation, comme il y a eu des cas chez les extrémistes parmi eux, pendant les évènements de Kabylie. On en a vu aussi qui ont essayé de faire revivre d’antiques coutumes païennes comme le nouvel an berbère. L’Eglise catholique en Algérie, naturellement alors, met l’accent sur l’identité amazigh. Ce n’est pas un hasard que les quelques kabyles algériens chrétiens, comme les Amrouche par exemple, ont été le noyau le plus actif de la langue berbère et de sa réhabilitation.

Lundi 30 mai 2005 19h52

  

Hier, la France a dit non à 55% à la constitution européenne. Affaire très compliquée, comme toute Union, ou chacun a ses arguments pour ou contre. La partie de la gauche qui était pour le non  dit que c’est un « non de la gauche à une Europe libérale ». Elle oublie les 17% et plus de l’extrême droite sans laquelle ce non ne serait pas passé. En réalité, c’est un non nationaliste et ultra nationaliste, et c’est le point commun profond de ce non, quel que soit l’habillage idéologique qu’on lui donne: nationalisme, racisme et chauvinisme de le Pen et de Patrick de Villiers, celui ci clair et net, mais aussi celui honteux, caché derrière des formules de gauche de représentants de la gauche nationaliste souverainiste comme Chevènement ou Emmanuelli du PS. Mais aussi nationalisme et chauvinisme traditionnel du PCF. Comme dirait Marx, un peuple qui en domine d’autres ne saurait être libre. C’est un non à l’entrée dans l’Europe des « crève la faim » des pays de l’Est,  de la Turquie, c’est la peur des couches les plus défavorisées, des ouvriers, des chômeurs des petits agriculteurs de voir baisser leur niveau de vie devant cet élargissement de l’Europe. La dirigeante du PCF essaie d’habiller cela idéologiquement d’une formule élégante d’un « non au nivellement par le bas ». Mais c’est toujours la peur des immigrés « qui viennent manger le pain des français » qui s’exprime sous une autre forme.

Le point commun de ce non est nationaliste, part d’un sentiment nationaliste et non internationaliste comme ils essaient de le faire croire. C’est pourquoi il ne suit pas des clivages gauche droite et qu’on trouve aussi bien le oui ou le non dans les deux camps.

La vérité est simple: ceux des pays de l’Europe qui ont gagné à l’entrée de l’Europe, dont la situation s’est rapidement améliorée, par exemple l’Espagne et le Portugal, ont massivement voté oui, comme ceux qui attendent la même chose de l’Europe. Les autres veulent réserver l’Europe aux pays riches européens.

Ce sont les américains qui doivent être contents. Ils avaient peur d’une Europe unie en face d’eux. Nous , du point de vue de nos intérêts nationaux, en tant qu’arabes ou habitants du Sud de la planète, c’est le oui qui nous aurait arrangé pour contrebalancer la domination américaine. La question nationale fait toujours rage dans le monde, elle est loin d’être terminée.

  

Dimanche 26 juin 20h 30

Les sociétés sont comme des huîtres: dès qu’elles se sentent en danger, elles se ferment, elles se replient sur elles mêmes.

Hier, en Iran, c’est le  candidat du peuple, celui des déshérités, le jeune maire de Téhéran qui a été largement élu: 61% des voix. Les américains et les occidentaux parlent de « candidat ultra conservateur », appliquant à la société iranienne des catégories faites pour la société occidentale. Le journal « francophone » algérien El Watan lui aussi trahit, comme toujours la même peur que celle de l’occident,, celle du peuple et du nationalisme libérateur, et parle de danger de talibanisation de l’Iran.

En fait, l’Occident et ses commentateurs politiques, respectent l’Iran pour ce qu’elle montre. Ils le laissent échapper eux mêmes:  Le résultat des élections n’est contesté par personne. C’est donc de la démocratie. L’Iran est en train d’ouvrir une voie de la démocratie pour les musulmans, à l’intérieur de la culture arabo-musulmane. Pour les américains qui clament qu’ils veulent l’introduire au Moyen Orient, et créer en Irak un modèle de démocratie, il y en a déjà en réalité un , c’est celui de l’Iran comme il apparaît clairement actuellement. C’est là, leur véritable souci, ce qu’ils n’osent exprimer, et c’est là leur véritable problème concernant l’Iran.

Ils ont peur de l’attraction de ce modèle de de démocratie sur le monde arabo-musulman.

Hier, sortie de la nouvelle édition du petit Larousse. Les mots nouveaux en français viennent uniquement des pays francophones occidentaux: Canada, Belgique, etc.. Quelle gifle pour nos francophones locaux qui devraient voir voient avec quel mépris on considère leur « attachement à la langue française ».

  

  

  

2 juillet 2005, 20h35

Athènes avait inventé un nouveau système: la démocratie. Mais en étaient exclus les esclaves et les étrangers. Rien n’a beaucoup changé.

On reconstruit à Athènes depuis dix ans, comme il était, l’Acropole. La Grèce, l’Occident se penchent avec délice et émotion sur la civilisation grecque où ils  voient leur filiation culturelle. Là, la mémoire, le besoin de mémoire est glorifié. Mais lorsqu’il s’agit ce nous, ils nous disent, et avec eux leurs domestiques de chez nous  » c’est du passé, la civilisation arabo-islamique, c’est loin. »

Aujourd’hui, grande manifestation des alter mondialiste au G8 qui doit se tenir demain, en Ecosse. 200 000 personnes ont manifesté à Edimbourg. En même temps 10 concerts dans les grandes capitales occidentales contre la faim en Afrique. Certains, à Paris ( mega concert de Versailles) comme Yannick Noah profitent de cette opération énorme de promotion. Hypocrisie, ou sincérité.

  

6 juillet 2005 16h

C’est Londres qui a gagné: elle accueillera les jeux olympiques de 2012.

Consternation en France. C’est même exagéré. Il y a une grande dérive nationaliste. Elle s’était exprimé déjà avec le « Non » à l’Europe ».

Comment auraient-il voulu, après cela, et leur mépris pour les autres pays européens, notamment ceux de l’Est, que les membres du CIO les voient avec sympathie. Mais comme tous les nationalistes, ils sont aveugles. Ils cherchent à cet échec des explications encore plus nationalistes: « le grand bluff anglais » titrait la chaîne info sport ,  la perfide Albion, l’influence mondiale anglo-saxonne etc..

Le pire, arrogants et prétentieux comme le sont les nationalistes, c’est qu’ ils étaient persuadés de gagner, d’être la meilleure candidature. Jacques Chirac, comme toujours, a encore fait une bêtise en se rendant lui même à Singapour, sûr de son fait, sans s’apercevoir qu’ainsi, avec ces pressions, et il fallait être aveugle pour ne pas s’en apercevoir, il ne pouvait qu’exaspérer  le CIO.
Tony Blair, au contraire, avec la classe habituelle anglaise a envoyé un message télévisé…en français. Ce que les français seraient incapables de faire culturellement.
Cela devrait donner à réfléchir à nos aliénés, qui devraient sortir du Ghetto de la francophonie et s’ouvrir sur le reste du monde, et voir comment celui-ci est souvent infiniment plus tolérant que « la patrie des droits de l’homme », comme ils disent à la suite de leurs maîtres.

A New York, qui était aussi candidate, l’argument était qu’y vivent 118 nationalités, avec leurs langues et leurs cultures. De même à Londres, où la tolérance anglo-saxonne fait qu’on ne voit rien à redire à un Hidjab ou une barbe Sikh.

Juste avant le vote, la télé française était mobilisée depuis le matin, en émission continu, sur la candidature française. C’est ce qu’on appelle l’idéal olympique. J’écoute Mme Buffet, la responsable du PCF . La France par ci, la France par là, « nous avons été fiers de la France quand… » etc. rien que du chauvinisme. Le parti communiste algérien,  au nom de l’internationalisme, s’était rangé en fait derrière le nationalisme français.

Ce développement du nationalisme en Occident est en train de nous faire revenir à l’atmosphère d’avant l’URSS et avec les mêmes guerres qui se pointent peut être.

  

Jeudi 7 juillet 2005, 20h20

Des bombes ont éclaté, aujourd’hui dans le métro de Londres, en même temps que se tenait la réunion du G8 en Ecosse.

Le terrorisme ne règle rien. Il ne tue que des victimes innocentes. Le terrorisme n’a jamais rien réglé. Le Vietnam, malgré les atrocités américaines, n’a jamais agi ainsi  aux USA. Et il a gagné la bataille militaire et la bataille morale.

Le terrorisme est l’arme des faibles, il est donc aussi un argument faible, un aveu de faiblesse. Il ne fait que le jeu de l’autre terrorisme, celui à une grande échelle, industrielle, le terrorisme d’Etat. Il n’y a qu’à voir comment Bush et Blair ont exploité l’évènement: un véritable cadeau pour la nouvelle guerre qu’ils ont déclenché.

Blair a dit : »les terroristes n’ont aucun respect de la vie humaine ». Sidérant! ont-ils lui et Bush le respect de la vie humaine en Irak? Des centaines de milliers de morts depuis1990. Actuellement les américains tuent, torturent, exécutent sommairement, y compris, « par bavure », des gens de la famille de leur gouvernement irakien. Il est vrai qu’ils ne se soucient que des vies occidentales, et qu’une vie arabe pèse de peu de poids.

On a ressorti encore, à l’occasion, la tarte à la crème d’El Quaida, à  travers une revendication de « El Quaida Europe ». El Quaida est  petit groupe et il  serait partout dans le monde!  En fait un prétexte pour ceux qui ne peuvent vivre sans guerre et sans un ennemi à créer ou grossir démesurément. Hier, ils disaient hier que c’était le danger communiste qui empoisonnait les relations internationales, et qu’après le monde serait en paix.  Il n’y a plus de danger communiste, ils l’ont tout de suite remplacé par autre chose. « La menace islamiste » a remplacé « la menace communiste ».

A propos, gageons que des bombes pourraient bien aussi éclater en France, pour que les Français soient convaincus qu’ils sont, eux aussi,  menacés même s’ils ne sont pas en Irak.

  

Vendredi 8 juillet, 15h35

Les télé occidentales chauffent l’opinion sur les attentats d’hier: images de patrouilles dans les gares, les métros, les aéroports, débats à la télé où sont convoqués les intellectuels,  pour expliquer comment l’islam et l’islamisme peuvent « déboucher sur de telles horreurs », les experts des services secrets ou militaires ou des journalistes ( mais on ne peut plus faire la différence) pour présenter des analyses sur El Quaida, ses objectifs, son organisation, citer des noms, des chiffres, pour faire précis et convaincre sans avoir besoin de rien démontrer ou prouver. Sur la chaîne française  LCI, un intellectuel présente son livre « l’islamisme est déjà à nos portes ».

La peur est  entretenue, cultivée. Les peuples occidentaux sont en permanence gérés par la peur, qu’il s’agisse de l’Islam ou de « la vache folle ». Une peur en remplace en permanence une autre.

Au cours d’un débat sur LCI, dont je reparlerai, un intellectuel français, lui, dit plutôt que tout ce tapage médiatique fait aussi le jeu du terrorisme, que c’est là son but, mais que c’est , il soupire, »inévitable en démocratie ». Le cliché des démocraties vulnérable de trop d’humanité. Une manière d’exciter encore plus les opinions occidentales. Une manière très subtile de voiler le vrai but, celui de la gestion par la peur, celui de terroriser les gens, d’utiliser le terrorisme pour terroriser sa propre opinion. C’est là, précisément la faiblesse du terrorisme et ce qu’il ne comprend pas, c’est qu’il fournit des arguments au vrai terrorisme, au terrorisme d’Etat.

A l’OTAN, au Comité Olympique International, on observe une minute de silence. L’a-t-on jamais observé pour les victimes en Irak, ou en Yougoslavie. Mais bien sûr ce n’est pas la même chose: là on massacre au nom de la démocratie et de l’Etat de droit.

Bref  « l’Union sacrée » autour de l’Angleterre , comme le dit elle même la chaîne LCI. Sur cette chaîne, tout à l’heure, deux débatteurs, Ferry et Julliard, renchérissaient l’un sur l’autre ( c’est ce qu’on appelle de plus en plus un débat démocratique quand le sujet est celui des « barbares », il n’y a pas de contradicteur), pour dire qu’il faut le consensus, l’union sacrée quand les démocraties sont menacées.

Julliard, la larme à l’œil, parle de la conscience des français » qui n’ont jamais confondu Islam et Islamisme ». « la preuve, il n’y a jamais eu de lynchage en France et en Occident, malgré les attentats terroristes ». Je reste ébahi par l’argument et tant d’innocence cruelle, raciste: d’abord, ça n’est pas vrai, la preuve: les attentats racistes ou les « bavures policières » et puis, y a-t il eu des lynchages d’occidentaux dans les pays arabes et musulmans malgré la Palestine, l’Irak, l’Afghanistan etc.. etc.. mais il n’y pense même pas.

On reste ébahi de tant de cynisme lorsque, encore une fois, ils disent d’une seule voix, que les  peuples occidentaux savent réagir dés qu’ils sentent leur liberté, la liberté menacée, et quand, peu après, ils profiteront de l’occasion pour faire l’amalgame avec « le terrorisme en Irak ». Il est vrai que Julliard précisera  » qu’en Europe, ce n’est pas la même chose, car on utilisait la violence contre la tyrannie et que cette violence, là, était légitime ». C’est ce qu’on appelle actuellement des intellectuels.

Toujours la précaution , simplement tactique, de différencier Islam et « Islamisme », mais très vite, c’est  le dérapage et apparaît leur opi,ion véritable: c’est  Ferry ainsi  qui dit » On croyait la démocratie molle, et l’Islam avec des valeurs puissantes, dures, mais avec les attentats en Angleterre et cette union sacrée, on voit la force des démocraties quand elles se sentent menacées dans leurs valeurs ». Tiens, retour au cliché des « démocraties faibles » de leurs valeurs face à un ennemi impitoyable;

J’étais juste en train de me dire que toute cette atmosphère était exactement le retour à la belle époque coloniale: conflits entre les empires coloniaux autour de leurs intérêts particuliers, mais union sacrée quand il s’agit de casser du nègre , de l’indien ou de l’arabe.

Et voilà que Ferry ajoute: « je pense que la France est trop molle, les USA, l’Angleterre eux ne craignent pas d’intervenir pour changer (traduire dominer) le monde ».Julliard qui dit non, que la France est présente en Afghanistan, en Bosnie, en Afrique noire, et Ferry qui précise dédaigneusement qu’il s’agit là de « forces d’interposition et pas d »intervention ». Et vive le colonialisme! Aucun d’eux pour même penser, seulement penser qu’il y a bien des possibilités pour intervenir (économiquement, financièrement) , pour « changer le monde », sans faire la guerre.

L’impérialisme, le mot me revient, et il revient inévitablement,   « l’impérialisme porte en lui la guerre comme les nuées portent en elles l’orage » disait à peu près Jean Jaurès.

A peine avais je pensé cela que l’un des débatteurs, Ferry confirme, avec l’arsenal idéologique de ces intellectuels du néo impérialisme: »je citerai ce philosophe nazi…,le nom me reviendra,  qui disait en 1936, il était peu sympathique (simple précaution de langage) mais les nazis peuvent dire aussi des choses justes, que « les démocraties ont besoin d’ennemis pour s’unir ».

Très juste, si l’on considère que les démocraties occidentales ont toujours été colonialistes et impérialistes, et qu’on traduise donc « démocraties » par impérialisme.

C’est ce que je notais, je crois, un jour précédent, au sujet de l’Occident qui avait remplacé communisme par Islam, et qui a toujours besoin d’un ennemi, de faire la guerre.

D’ailleurs, un peu partout, l’opinion est préparée méthodiquement à l’augmentation des budgets des armées, des services secrets etc..

En même temps, au G8, on présente une aide de 50 milliards de dollars à l’Afrique comme la, meilleure réponse au terrorisme . 50 milliards, s’ils arrivent à destination et ne se perdent pas dans l’arsenal de conditions qui seront  imposées, ou dans les emplois qui seront créés en Occident et dans les organismes internationaux pour…. gérer cette aide. Quand Tony Blair l’annonce dans sa conférence de presse aujourd’hui, pas une seule voix pour lui comparer cette somme avec le coût des interventions militaires en Irak et ailleurs, et lui dire que ce serait « la meilleure réponse contre le terrorisme » de laisser les peuples en paix.

  

400 millions  d’euros avaient été récoltés en France pour les victimes du Tsunami de l’an passé en l’Asie du Sud. Une bonne affaire. Pour les ONG les malheurs de l’humanité sont une bonne affaire. Il n’y avait qu’à voir comment ils se sont précipités tous sur l’aubaine à grands renforts de messages publicitaires à la Télé. « Médecins sans frontières », n’a paraît il  « pu dépenser », sur les 100 qu’il a reçu, que 7 millions d’euros pour les victimes, le reste a été placé en …titres ( des sicav). Au Secours populaire », créé par le PCF, une responsable de l’antenne de Toulouse a détourné 650 000 euros. Partout, les responsables de ces ONG ont des salaires très confortables…pour des raisons humanitaires.

  

Samedi 9 juillet 2005 20h

  

Le journal « Le monde » titre aujourd’hui « El Quaida menace l’Europe ». Et à côté, en plus petit, on apprend qu’une organisation se réclamant de El Quaida             a revendiqué les attentats de Londres sur Internet. Cela suffit, même si n’importe qui peut écrire n’importe quoi sur Internet. De plus, ce texte menace l’Italie et le Danemark présents militairement en Irak, ce que le journal « Le monde » traduit par Europe.

Tout est bon pour faire peur à l’opinion européenne.

  

Dimanche 17 juillet 2005, 19h45

  

La Société occidentale continue d’être gérée par la peur. Outre le terrorisme, c’est, cette semaine, la chaleur, la canicule qui terrorisent: le problème social, celui des vieux, de surcroît abandonnés. Cette crise de valeurs est transformée en peur de la nature: la couche d’ozone, les changements climatiques. L’épidémie a gagné même les jeunes qui ont désormais peur de la canicule, et se vaporisent d’eau à qui mieux mieux. Que dirait on alors au Sahara, en Irak ou en Inde. Enfin…

Cette semaine aussi: « 30 morts en Irak », « le plus meurtrier attentat », puis « une quarantaine de morts dont la plupart des enfants », et de nouveau « le plus meurtrier des attentats depuis.. », puis hier aussi, un kamikaze qui se fait sauter prés d’un camion citerne, et plus d’une cinquantaine de morts  au Sud de Bagdad, et encore « le plus meurtrier des attentats depuis… », quelques secondes au passage, pour annoncer cela très vite; banal au fond pour eux, cette souffrance des arabes, naturelle même. Par contre de longues images et reportages sur Londres, et l’Angleterre, et « l’attitude magnifique » des anglais. Et la même chose, pour un attentat d’un « kamikaze » en Israël, qui a fait 2 morts israéliennes, là c’est bien sûr plus grave et plus horrible.

Tiens! Plus d’images aussi sur les affrontement entre Palestiniens. L’objectif: transformer la résistance contre Israël en une guerre civile palestinienne. C’est clair.

Même objectif en Irak. Diviser pour régner. »La violence en Irak » c’est le terme en général utilisé pour introduire la page rapide sur le carnage journalier là bas, mais pas un mot sur la violence américaine, sur l’armée d’occupation. Sur le journal électronique en arabe, « El Madar », des articles  qui donnent des informations très intéressantes sur les mensonges américains et médiatiques en général: plus de 3600 opérations de la résistance contre les forces américaines en Juin. Les américains n’ont déclaré que 2 morts dans leurs rangs Mais aucun média occidental n’en parle, ils préfèrent ne parler que des attentats et des bombes.

L’enquête à Londres sur les attentats continue de nourrir l’hystérie anti islamiste: comme toujours , comme pour les attentats de Madrid, des informations vaseuses, des suspects filmés par des caméras qui deviennent immédiatement les auteurs des attentats pour la presse avec force détails sur leurs vie apparemment tranquille, les « cellules dormantes d’El Quaida ». Ils disent maintenant qu’ils se seraient fait sauter avec des explosifs artisanaux et que ce sont des kamikazes. La semaine, précédente, ils affirmaient que c’étaient des explosifs de guerre « du même type qu’à Madrid » et déclenchés par détonateurs. Et ils étaient aussi affirmatifs. Peut être qu’entre temps ils se sont aperçus que, dans ce cas , il aurait fallu retrouver « les terroristes » et les présenter à la presse. Plus pratique donc que leurs corps soient en miettes. Mais alors, comment les ont-ils identifiés. C’est simple, ils avaient sur eux leur carte bancaire.
Comment l’opinion occidentale peut elle avaler tout ça. C’est dingue!

Partout, dans les aéroports, les gares etc.., on fouille, on contrôle. Ne seraient ils pas plus simples que l’Occident foute la paix aux arabes, et aux autres

Les Arabes se font sauter en Irak, en Palestine, Dieu, qu’ils doivent souffrir et quel cri immense de douleur.

Ils vont à la mort à 20 ans, en souriant, avec pour seul soutien le Coran. Je comprends mieux maintenant celui qui disait, et dont j’ai déjà parlé, que l’islam ne posait pas de problème en tant que « pure religion » mais qu’en tant de culture c’était autre chose. Les Arabes, les Musulmans se battent avec leur culture.

Une réflexion aujourd’hui:les hommes sont comme les fruits, plus ils mûrissent et plus ils sont bons.

  

Samedi 23 juillet 2005, 20h

Les médias occidentaux sont devenues folles ou, plutôt veulent elles entretenir la folie, l’irrationnel, la peur irrationnelle, ou bien les deux.

Information hier,  en provenance d’Angleterre, reprise par la chaîne LCI et partout: « un suspect abattu dans le métro Londonien ». L’illogique de l’information ne gêne même pas : « un suspect » comment l’est –il puisqu’il a été abattu? Et pourquoi l’avoir abattu si c’est un  » suspect » ou simplement un suspect. Où est l’Angleterre de la tolérance, de « l’habeas corpus ». Ce n’était donc qu’un vernis à utiliser quand ça ne dérange pas, lorsque la domination est stable, et n’est pas remise en cause.

Peu après un anglais témoigne à LCI. L’horreur: « il courait, plusieurs policiers l’ont maîtrisé, maintenu et tiré une balle dans la tête ». Et, puis, étrangement, plus rien, plus personne ne reprend ce témoignage, à tel point qu’on se demande si on l’a entendu; était il irréel? Force des médias qui effacent ce qu’elles veulent, insistent sur ce qu’elles veulent. Mais actuellement, avec l’hystérie anti islamiste, antiterroriste, il n’y a plus d’information, le suspect devient un terroriste, les corps « déchiquetés de trois musulmans dans le métro » deviennent ceux des « kamikazes présumés », puis de suite « les « kamikazes » puis de suite « on recherche leurs inspirateurs au Pakistan » et puis de suite  » ils auraient fait des séjours dans des medersas au Pakistan » et puis de suite après longs reportages sur ces Medersas » et puis sortie on ne sait d’où, une photo « celui qui au Pakistan serait leur idéologue » et qui est diffusées sur tous les écrans. Le pauvre, il ne  sait peut être même pas qu’il est devenu une star. Bref, toute une chaîne d’informations qui se succèdent les unes plus farfelues que les autres, présentées d’un ton claironnant et affirmatif de va –t-en guerre par des journalistes de télé qui ne se soucient plus de rien.

Avant hier, cinq bombes dans le métro et un bus londoniens, de la même manière que les premières, mais seul le détonateur explose. Mais le chef de  police s’empresse d’affirmer qu’ »elle étaient destinées à tuer ». Comment peut il l’affirmer. Une au moins aurait explosé. Mais il y tient. Blair aussi dit la même chose. Pourquoi tiennent ils tant à le dire malgré l’évidence?

Bombes aussi, en Egypte, à Charm Ec cheikh. Mais une vraie, celle ci.Un carnage, des dizaines de morts.

Charme El Cheikh, paradis pour touristes occidentaux et israéliens, créé de toute pièce par le fils du Président de la République égyptienne, en s’appropriant toutes les terres de la région, paradis d’où sont exclus les Egyptiens, hôtels de luxe, casinos.

Une revendication: la Djamahiria islamique. Sans craindre le ridicule, tous les médias occidentaux titrent El Quaida, et que de toute façon, cette organisation est « dans sa mouvance ». Pourquoi tant d’absurdité. Peut être ont ils besoins d’un seul ennemi mondial, « El Quaida » pour justifier une guerre elle aussi mondiale. C’est la première fois, peut être dans l’Histoire, où cela se passe comme cela, où on construit l’ennemi à qui on déclare la guerre.

En Irak, aussi des bombes, des kamikazes. Les médias en profitent pour mettre tout dans le même paquet. Pratique, plus besoin désormais de justifier la guerre en Irak. D’ailleurs, Blair l’a dit hier ou avant hier:  » Ce terrorisme existait avant la guerre d’Irak ». Quel faux cul!! Et tout cela avec son air angélique, celui des escrocs.

  

Dimanche 24 juillet 2005, 15h

  

Ils ont été d’abord obligés de reconnaître que pour le suspect d’hier, c’était une erreur. C’était un jeune brésilien, électricien, travaillant à Londres et qui courait parce qu’il était pressé. Le Brésil a demandé des explications. Le Chef de la Police anglaise est obligé de s’expliquer. Puis, après, lhorreur se précise: il a été maîtrisé et tué de …cinq balles dans la tête. On apprend aussi que la police a l’ordre « d’abattre tout kamikaze ». Comment savoir qu’il l’est avant de l’abattre. C’est le stand de tir finalement ouvert sur tout métèque.

La France, et Sarkozy, ne veulent pas être en reste dans la surenchère. Sarkozy annonce d’un ton martial qu’un imam a été « expulsé ers l’Algérie ». Avant cela, LCI donnait l’information comme ceci: « Un imam a été expulsé etc.… il avait été condamné à quatre ans de prison pour tentative d’attentat à la bombe ».Encore une information sans sens, insensée,  mais ils s’en foutent, le français moyen se dira » 4 ans de prison pour une tentative d’attentat et en plus il était libre!! ».
Peu après, c’était peut être trop gros, ils corrigent à LCI, discrètement », ils ne parlent plus de condamnation, mais qu’il « avait été soupçonné d’avoir été mêlé à.. ».

La classe ouvrière française a toujours hésité entre le socialisme et le national-socialisme, comme toutes les classes ouvrières d’Europe d’ailleurs. Un dialogue que je surprends, hier, la nuit sur une chaîne française: une usine qui va fermer, les ouvriers qui parlent, rageux: »Nous sommes en train de perdre tout ce que nous ont apporté les anciens (une déléguée de la CGT) et (chacun renchérissant sur l’autre) il faut acheter français puisque, eux, ils préfèrent déplacer leurs usines et produire chez eux ». Nationalisme économique, référence aux anciennes luttes ( les anciens) suivant le mode tribal, réactionnaire.

  

Mardi 2 août 2005, 19h14

  

Le roi Fahd d’Arabie est mort hier à 84 ans. L’allié fidèle des USA depuis des décennies, l’ami personnel des Bush, celui qui a financé la guerre américaine contre l’Irak.

El Hachemi Chérif, le chef du parti algérien MDS est mort aujourd’hui. Le MDS est qualifié par la presse « d’héritier du PAGS, c’est à dire des « communistes algériens » ce qui est à moitié vrai ou à moitié faux, la secte ayant en fait éclater en de multiples petites chapelles.

La mort de Fahd, celle de El Hachemi, quel lien entre les deux. Ce lien est venu de lui même, alors que je lisais le journal El Watan d’aujourd’hui,  chez le dentiste. C’est fou ce qu’on pense chez un dentiste. Il y avait un éditorial de Tayeb Belghiche: un anti islamiste haineux et un éradicateur acharné, qui cache sa haine derrière des articles qui se veulent analytiques, rationnels et « modernes ». Derrière ce pseudo se cache probablement un ancien du PAGS. T. Belghiche s’y efforçait laborieusement de démontrer que le régime d’Arabie saoudite est le soutien du « terrorisme international » c’est à dire du terrorisme islamiste: « Depuis le 11 septembre, dit il, les dirigeants saoudiens disent qu’ils n’ont rien à voir avec le terrorisme. Et tout le monde fait semblant de les croire ». Comment expliquer alors les attentats contre le régime en Arabie Saoudite et qu’il soit lui aussi la cible du terrorisme islamiste. Il préfère éviter le problème.

En fait, en tant qu’ancien « communiste », il essaie de retrouver une cohérence. Ancien ennemi (verbal)de « l’impérialisme américain » et donc du régime saoudien, il se retrouve, lui et son journal, aujourd’hui aux côtés de Bush dans la lutte contre le terrorisme mondial. Plutôt de reconnaître une cohérence aux islamistes qui sont contre la domination américaine et donc contre le régime saoudien, ils préfèrent tenter d’expliquer, lui comme d’autres « communistes » qu’ils restent fidèles à ses idéaux de jeunesse et qu’il est toujours, aujourd’hui comme hier contre …le régime « féodal » rétrograde » etc. saoudien, mais cette fois ci par anti islamisme.

Cela m’a donc rappelé El Hachemi et le MDS lorsque dans les années 90 ils criaient à l’Occident que la guerre qu’ils menaient en Algérie contre l’islamisme, ils la menaient aussi pour lui. Ce qui était vrai.

En fait, ces deux dernières décennies ont été celles d’in gigantesque renversement d’alliances, au niveau des classes, des sociétés comme des individus. Les Etats Unis se sont retournés contre l’Islamisme après l’avoir soutenu en Afghanistan dès que la « menace soviétique » a disparu, et qu’ils ont vu que l’Islamisme était un mouvement populaire profond . Les islamistes se sont retournés contre les USA dans la logique de tout mouvement populaire et national.

J’écoutais à la télé algérienne la biographie de El Hachemi. C’est drôle comme toute biographie est mensongère, la sienne comme celle de tous les autres. On y disait qu’il était au maquis mais sans préciser que ce n’était qu’à la fin, en 196o ou 61. El Hachemi,  des souvenirs qui se croisent,  l’horreur des positions qu’ils ont prises, de ce bain de sang dont ils sont, en partie responsable. Mais aussi de l’estime  pour l’homme,  son honnêteté, pour une vie pleine de sacrifices, pour une vie sacrifiée en même temps que du dégoût pour les monstres créés par les partis sectaires. Au fond beaucoup de tristesse pour sa vie, pour toute une époque Un homme serait il, tout simplement plusieurs, selon les circonstances, humain à un moment, inhumain à l’autre, selon l’Histoire, héros ici, criminel là.

Comme les événement se croisent et comment ne pas continuer à faire des relations. Les deux diplomates algériens enlevés en Irak ont été assassinés par leurs ravisseurs.. Horrible.

Et Dimanche 31 juillet, Ali Bel hadj a été incarcéré. Le pouvoir lui reproche d’avoir fait l’apologie, dans un interview à la chaîne « El Djazira » de ce rapt. Au fond, ils l’accusent d’ être responsables… de leur mort. Il fallait bien que le pouvoir se venge sur quelqu’un. Belhadj est bien naïf de croire qu’ils allaient le laisser en liberté et de plus le laisser parler. Quand vont ils le tuer comme ils l’ont fait pour Djaballah,  dans la salle d’attente… d’un dentiste. C’est fou ce qui peut arriver chez les dentistes.

Hier mon fils regardait la télé. On y montrait la réfection des sculptures gigantesques taillées dans la roche des visages des premiers présidents américains, Washington, Lincoln etc.. Pour lui, comme il l’a appris dans les films américains, ce sont de « grands hommes » , parfaits(encore le mensonge des biographies). Je lui ai dit que Washington ne pensait même pas que les indiens étaient des citoyens américains et de même pour Lincoln qui avait pourtant affranchi les noirs, et qu’on a continué à massacrer gaiement les Indiens. Et je lui ai dit soudain,  la phrase est née toute seule « l’histoire des Etats Unis est celle d’un long crime ». Il m’a regardé et m’a dit « tu devrais l’écrire ». C’est ce que je viens de faire.

  

Paris 10 Août 2005

Je suis à Paris depuis le 5 août. Je suis arrivé avec une fatigue extrême. Le surmenage. A Alger, je ne m’en étais pas aperçu. Je suis allé, le soir, aux Champs Ely Sées avec Y.. pour acheter des médicaments. Aucun intérêt, même pas le sentiment de nouveau. Indifférent. J’y étais comme j’aurais pu être ailleurs. J’arrivais difficilement à marcher et j’ai même eu peur. L’impression d’être devenu handicapé, vieux. J’ai dormi, dormi. Finalement, c’était une fausse alerte : j’ai repris maintenant, en pleine forme, enfin presque, s’il n’y avait pas les questions sur Y…, sur l’âge…

Maintenant, ce que j’avais eu envie d’écrire les jours précédents :

Un gros titre sur « El Watan » du 4 ou du 3 Août, en première page, au sujet du retour de Zidane en équipe de France « La France a besoin de lui ». Est ce vraiment un journal algérien, car il veut dire, c’est implicite, « La France a besoin de nous, El Watan ». Enfin…

6 Août, anniversaire des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Les chaînes françaises, et occidentales, en flagrant délit de mensonge par omission : elles parlent plus de cet anniversaire qu’au temps de la guerre froide, nouvelles contradictions de l’Europe avec les américains obligent, mais elles n’osent pas. Par exemple, je note la façon de le dire : « la première fois que la bombe atomique a été utilisée », disent ils, mais elles n’osent pas dire : contre des êtres humains. Elles laissent entendre que le 1er ministre japonais, dans son discours s’est inquiété de la prolifération des armes nucléaires, et elles enclenchent, malhonnêtement, sur la Corée du Nord et l’Iran qui voudraient se doter de l’arme nucléaire. Et c’est l’occasion encore de les désigner du doigt : incroyable logique qui se résume à « il n’y a que nous qui avons le droit d’avoir des armes de destruction massive »

 Elles laissent entendre ainsi que le 1er ministre japonais  désignait ces deux pays implicitement. Mensonge perfide, car il a parlé de toutes les puissances nucléaires et a déclaré être pour « un monde sans armes nucléaires ».. Et le maire d’Hiroshima, dont elles ne disent pas mot du discours, lui a été très clair et a dénoncé énergiquement   »le danger pour l’humanité que représentait les puissances nucléaires et leurs arsenaux.  »

Hiroshima et Nagasaki, l’un des plus grands crimes contre l’humanité dont les américains tirent gloire : selon eux, ils ont ainsi mis fin à la guerre et épargné des vies humaines ! les américains sont des prédateurs.

Je regardais un reportage à la Télé sur Nike, le fabricant américain d’articles de sports. Le cinéaste, Michael Moore le dénonce : il fait travailler des enfants en Indonésie. Finalement si les droits de l’homme sont respectés en Occident, c’est parce qu’ils ne les respectent pas ailleurs. L’un ne va pas sans l’autre. Rien de nouveau sous le soleil : le droit, les droits n’étaient valables que pour les citoyens romains. Gengis Khan faisait partager les fruits de ses conquêtes aux mongols. La démocratie occidentale se résumerait elle à cette chose simple : s’appuyer sur une population la sienne, pour en dominer une autre, les « acheter » avec des droits et des privilèges qui ne sont appréciés que parce que les autres en sont privés. On peut même aller un peu plus loin : faire bénéficier de ces droits aussi les quelques barbares qu’on accueille chez soi, en pays de citoyenneté..

Y…est souvent absente, en voyage.Je découvre peu à peu que Y est comme ces hommes qui travaillent et laissent leur femme seule. J’écoute plus attentivement tous ces dialogues de film, comme celui d’hier, où la femme se plaint que son mari « n’est jamais là ». et je découvre de plus en plus avec surprise que c’est mon cas, mais à l’inverse, et que je n’ai jamais rien dit. Je n’en avais pas conscience. Je trouvais cela normal depuis longtemps. Mais c’est peut être pour cela, que lorsqu’on se revoie, il y a cette gêne. J’ai par exemple pris l’habitude de dormir seul.

  

Vendredi 26 août 2005, 13h48

A Paris donc depuis le 5 août.

 Nous avons vu, hier, avec Y.. un film « Peindre ou faire l’Amour ». Délicieux. L’histoire d’un couple, la cinquantaine qui rentre dans le vide de la retraite, qui pense que sa vie est terminé, . Elle peint pour passer le temps, sans talent particulier. Lui, avait sa vie rempli par la météorologie. Leur fille vient de quitter la maison. Et il découvre, sans préméditation, l’échangisme, affolé d’abord, honteux. Puis ils prennent goût : une vie après la vie.

Le spectacle était autant dans la salle pleine de couple en général plus de la quarantaine : des rires étouffés, gênés, puis francs surtout de femmes comme toujours. La preuve que c’est un sujet de l’heure un problème de société. Pourquoi les gens croient ils en permanence qu’ils sont les seuls à vivre des problèmes, à les découvrir. Alors qu’on les découvre tous ensemble.

Pour le reste, Israël est en train de quitter la bande de Gaza. Les médias s’appesantissent à longueur de journée sur les scènes de douleur,  l’arrachement des colons, leur résistance, leur souffrance, une terre qu’il occupent en réalité depuis quelques années. Mais tout cela, pour valoriser «  « la bonne volonté » d’Israël, et pour qu’elle garde l’essentiel, des territoires occupés : la Cisjordanie, Jérusalem Est, sans parler du reste.

 Dix Palestiniens ont encore été tués hier , et un israélien, comptabilité macabre qui veut tout dire. Le mur est encore prolongé pour mieux enfermer les palestiniens dans leurs réserves.

Le harcèlement contre l’Iran continue, en oubliant toujours que ceux qui veulent l’empêcher d’avoir l’arme nucléaire, l’ont déjà. Absurdité de cette propagande innocente et cruelle : pas d’armes pour les barbares, que des flèches.

  

Samedi  27 août 2005 16h05

. Il faudra parler de M…, que nous avons rencontré: Sa retraite toute récente, « tout ce temps libre » comme il dit, pas de stress, « ah, je regrette le stress, vous avez de la chance de continuer à être stressé, », « vous au moins vous avez des objectifs dans la journée ». Il voyage avec un couple, ils vivent ensemble depuis dix ans, un couple à trois mais pas un trio, il baise la femme, mais discrètement, le mari ferme les yeux, tout se fait dans les non dits. Par exemple, en voyage, ils prennent une chambre à trois, mais là il ne se passe rien, la femme se couvre pudiquement le matin, rien ne transparaît d’un commun accord tacite.  Cette relation est devenue normale pour lui, et extraordinaire pour nous, chacun vit dans son monde et l’atmosphère qu’il construit. Sa femme est morte à quatre ans, brusquement, une nuit en dormant « j’ai compris la fragilité de la vie » dit il en accompagnant cela d’un claquement de doigt, et depuis… » Il se passionne aussi pour la généalogie et a découvert des choses sur sa mère : » elle avait divorcé  dans les années 40, et elle était morte d’un avortement pratiqué avec une aiguille à tricoter. Du coup, il a mieux compris son père, sa culpabilité permanente.

Tout à l’heure un reportage sur la 2 que Y… voulait que nous voyions. Sur la sexualité. Découverte scientifique et la fin d’un grand mythe, celui de la monogamie de la femme. C’était Darwin qui  avait fondé ce mythe : « l’homme est volage car il doit et il peut transmettre ces gênes à beaucoup de femmes, mais la femme a des œufs en nombre limité, et cela n’a aucun intérêt. Comme chez tous les mammifères, la femelle est donc monogame au contraire du Mâle. » C’était resté la loi depuis deux cents ans chez les biologistes alors que ce n’était, chez Darwin, que la transposition de la morale de l’époque.
Il a fallu que la génétique et la morale changent en même temps. L’étude d’abord de la mouche du fumier qui a une activité sexuelle intense et où la femelle passe de mâle en mâle, ceux ci se la disputant. On découvre même qu’elle a un organe lui permettant d’expulser ou de garder le sperme qu’elle sélectionne. Et puis, on découvre que tout cela s’applique à tous les mammifères et aussi à la femme.

La jalousie est un instinct chez le mâle, car il veut transmettre son sperme donc ses gênes. Mais c’est justement parce que la femelle cherche sans cesse le meilleur sperme, et qu’elle est biologiquement infidèle. On découvre en effet que si la mouche l’est, c’est qu’elle a intérêt à l’être : sélection des meilleurs reproducteurs, ne jamais manquer de sperme.

Je disais d’ailleurs souvent à S…, qui croyait, ou faisait semblant de croire qu’il n’y en avait pas beaucoup comme elles, des « femmes libérées », que c’était mathématiquement impossible, car si tous les hommes étaient volages, il fallait bien que toutes les femmes le soient, ou alors les hommes ne trouveraient pas de partenaires à  »leur légèreté ». Les femmes, elles, simplement, ne le disent pas.
Une étude aux USA sur le nombre moyens de partenaires chez les hommes et les femmes l’a montré récemment. Elle a pu se faire en mettant les femmes en état de franchise.

Plus que cela, on a découvert la compétition spermatique : la femme qui reçoit plusieurs spermes a dans son corps une lutte qui se fait entre les spermatozoïdes : il y a ceux qui fécondent, ceux qui font barrage à l’autre sperme en s’agglutinant autour de l’ovule et il y a les spermatozoïdes tueurs. Je comprends mieux maintenant ( cela n’est pas dit dans le reportage) pour quoi il y a tant spermatozoïdes, ce qui paraîtrait inutile pour la seule fécondation. Plus encore, des travaux sur des rats montrent qu’u  rat qui copule avec une femelle après avoir vu un rat le faire, fait jaillir 40 fois plus de sperme en plus. Donc le mâle est plus excité lorsqu’il voit un autre mâle copuler. L’explication du trio, du caractère érotiques de l’infidélité.

Une femme a eu des jumeaux , chacun  d’un homme différent.

La Génétique (et l’informatique) sont devenus les science qui nous permettrent de décrire le monde aujourd’hui, comme hier la mécanique, ou la physique, et de mieux nous comprendre en tant qu’individus, dans le fonctionnement de notre corps et de notre cerveau. Elles nous permettent de mieux comprendre aussi les relations sociales. Est ce à dire que l’on revient à un darwinisme, à une explication biologique. Non. Les relations sociales, la capacité à dépasser le biologique n’en deviennent que plus précieux, plus humains. Hier, c’était peut être plus appauvrissant, cette tendance à tout socialiser, à mettre du social dans la biologie.

  

Dimanche 28 août 05, 16h16

 Ai regardé  un reportage sur les  Emirat arabes. Ils avancent vraiment, modernité et identité très forte. Peut être ont ils la solution, bien que leur richesse égoïste exaspère les autres arabes. Ils se sont ouverts au Monde, leurs émirs, leurs élites ont vécu aux USA en Angleterre, et ils en sont revenus  souvent renforcés dans leur identités. Les autres sont comme le reflet d’un miroir. C’est avec eux qu’on  découvre, que se révèle chaque fois un aspect de nous mêmes.

Que vais je retenir de ce séjour : peut être cette civilisation extrême, ce raffinement extrême de Paris, de la civilisation française qui fait qu’elle dépasse en cela les autres pays et que ceux ci le reconnaissent d’ailleurs. Nous, nous avons tendance à sous estimer les Français et leur place dans le monde car nous fonctionnons à l’intérieur de leur culture. Nous sommes toujours surpris de l’admiration des étrangers pour eux, notamment des occidentaux. Bizarre, j’aime plus les français, quand il s’agit  de  rapports privés . L’impression contradictoire aussi que ces civilisations sont fatiguées, s’ennuient, et se tournent vers le plaisir, qu’il est leur but désormais essentiel, l’épicurisme  comme la Rome antique, comme si chaque fois l’Histoire se répète. : explorations de nouveaux plaisirs, expériences homosexuelles, celui la, par exemple, qui dit, il faut tout explorer, ne pas avoir de tabous. C’est presque devenu l’idéologie de base des gens. Je comprends mieux pourquoi ils ont élu un homosexuel comme Maire de Paris, cela n’est plus important pour eux, il symbolise même une vision de la vie, la garantie de l’ouverture, de la tolérance.

.

Samedi 3 septembre 19h47

Je suis à Alger depuis hier, 17h. Plaisir du retour.

Je voulais écrire sur un événement aux conséquences à mon avis énorme, mais je n’en avais pas le temps avec le départ de Paris et ses préparatifs.Il s’agit du typhon sur la Louisiane. Catastrophe naturelle, mais elle révèle brusquement, aux yeux du monde stupéfait, la fragilité des USA. Les USA incapables d’y faire face comme « le dernier pays sous développé ». Les rues de la Louisiane ressemblent à celles de l’Inde d’il y a vingt ans. Les gens meurent dans la rue de faim, de soif, de maladie et on laisse les cadavres. On ne les ramasse lentement qu’aujourd’hui. Pas de mobilisation des autres Etats de l’Union, pas d’aide, les convois de ravitaillement commencent à arriver à peine aujourd’hui. Scènes de pillage, de violence partout, on tire même sur les hélicoptères. Bush, avec le courage légendaire dont il avait fait preuve déjà le 11 septembre, a survolé, avec du retard, l’Etat, bien à l’abri de tirs éventuels, à plusieurs milliers de mètres de hauteur.

L’Inde et l’Indonésie, après le Tsunami avaient fait face à la catastrophe infiniment mieux, avec un cohésion et une solidarité sociale extraordinaires.L’Inde n’avait même pas voulu d’aide internationale.

Les USA depuis avant hier font appel à l’aide internationale, toute honte bue. Ils sont incapables d’affronter cette catastrophe: pas d’eau, pas d’électricité, pas de téléphone, les gens qui se sont rués sur les hôtels, la population noire laissée pour compte.

Et voilà qu’ils vont rapatrier 3000 hommes d’irak. Ces hommes n’ont pas fait dans la dentelle en Irak. Ils vont  tirer maintenant sur des américains? La guerre en irak. qui se retourne contre les USA par des voies dont l’Histoire a le secret. Certains parlent de punition de Dieu. Et c’est troublant, comme si tout devenait symbolique: on parle de 10000 morts en Louisiane, il y avait 1000 morts le 11 septembre.

Bush voulait instaurer la guerre civile en Irak, il l’a ramené aux USA. Déjà les noirs, un député noir le disait hier, disent que s’il avait s’agi de blancs, le gouvernement Fédéral n’aurait pas agi ainsi.

Bush n’a même pas de soldats donc à mobiliser  pour la Louisiane. Comme l’URSS, les USA révèlent d’un seul coup leur faiblesse. Plus personne ne va les voir désormais de la même façon, ils vont commencer à faire moins peur, et la dégringolade , comme toujours va s’accélérer.

On ne peut plus parler désormais de « rêve américain ». Je crois que s’est un tournant et qu’il peut être plus rapide qu’on le croit.

  

Mardi 6 septembre 05

Louisiane et Mississipi: Dimanche, des images à la Télé. Ce qui frappe le plus, ce sont ces visages de « sauveteurs », soldats, gardes nationaux ou policiers: aucun entrain, l’air de faire leur tâche sans conviction, sans motivation. La société américaine est vraiment malade.

Pas une seule fois , on n’aura dit, concernant cet catastrophe, que des gens ont risqué leur vie pour en sauver d’autres, ou sont morts ainsi, comme cela s’était passé à Alger lors des inondations où des dizaines de jeunes ont perdu leur vie en se portant au secours. Je compare aussi avec ce qui s’est passé à Alger, lors du terrible tremblement de terre de l’an passé: la mobilisation, la générosité, les gens déblayant de leurs mains les décombres sans attendre les secours, l’immense élan de solidarité, les convois spontanés de vivres, de tentes venant de tous le pays. Les valeurs de l’Islam ? Il y a des sociétés n’ont pas une supériorité matérielle, mais une une supériorité morale.

En Indonésie, en Iran, et en Inde aussi, on voyait cet élan de solidarité populaire, cette société mobilisée, supérieure moralement.

Dans les images parcimonieuses sur la Louisiane et Le Mississipi, on ne voit que des visages las, silencieux, de gens qui semblent ne plus croire en rien, ce silence d’ailleurs de tous est hallucinant.

On perçoit même une sorte de dégoût des soldats blancs dans leur mission de secourir les noirs, de ramasser, de repêcher leurs cadavres. Et partout, cette foule de visages noirs hagards, hirsutes, comme un retour à je ne sais quoi, d’horrible dans la domination et la ségrégation sociale: ici la fracture sociale est aussi une fracture raciale.

En Algérie, la fracture linguistique est elle aussi une fracture sociale: ceux qui parlent la langue du colonisateur et qui continuent de dominer la Société et le peuple. Je le constate encore aujourd’hui en lisant le journal francophone « El Watan ». Haine rageuse contre le projet, pourtant modeste et limité, de Bouteflika, de réconciliation nationale. Boudina, un ancien condamné à mort et syndicaliste, leur a lancé, avant hier, dans le forum du journal El Moudjahid, que « ceux qui sont contre ce projet veulent sauvegarder leurs privilèges » et cela semble-t-il a fait mouche, vu les réactions rageuses d’El Watan.

Le même journal, dans sa parution d’aujourd’hui, par le de la chanteuse Warda Djazairia. C’est intéressant: il parle de son retour sur scène après cinq ans d’absence, il  en fait les louanges comme la plus grande chanteuse arabe actuelle, mais c’est pour tout de suite surtout de féliciter qu’elle ait chanté « les feuilles mortes » de Prévert en français et qu’elle est « l’une des rares chanteuses arabes capables de surmonter les barrières linguistiques et musicales ». L’article est signé Fayçal Metaoui. La colonisation a fabriqué des colonisés qui sont de véritables chefs d’œuvres d’aliénation.

Etrangement El Watan est très discret sur ce qui se passe en Louisiane. Il a beaucoup investi, depuis des années dans « l’amitié algéro américaine ».

19h27

Tout à l’heure des images de la Louisiane à la Télé. Des blindés dans les rues, des soldats le doigt sur la gâchette ou mettant en joue une cible, des soldats revenus d’Irak patrouillant en file indienne en rasant les murs, comme à Bagdad. L’un d’eux ne peut s’empêcher de faire le rapprochement.

Les Irakiens se sont ici les noirs, c’est évident. Les secours semblent surtout être destinés aux blancs. La télé américaine a donne des images attendrissantes de vieilles…blanches qui ont survécu, qui sont pleines de vitalité et d’optimisme en accueillant les secours. Par contre, une vieille noire refuse de quitter son logement et insulte les soldats.

Un jeune français qui s’était réfugié comme tout le monde dans le dôme du stade de la Nouvelle Orléans avant l’ouragan raconte, gêné, qu’il a été évacué parce qu’il était blanc dans un groupe de blancs par les GIs dés le début. Son copain noir lui est resté et il n’en a pas de nouvelles. Ailleurs, les soldats semblent être surtout là pour protéger les blancs contre les noirs, dans les beaux quartiers.

On ne peut exporter l’injustice si elle n’existe pas chez soi.

Au même moment, un typhon comparable balaye le japon. Mais là bas, les secours sont d’évidence mieux organisés, les soldats semblent du coup plus propres dans leur treillis, plus motivés.

  

Jeudi 8 septembre 2005 9h49

« N’hésitez pas à tirer ». C’est la consigne que donne à un groupe de soldats leur supérieur en Louisiane devant une caméra de la télé hier soir sur Antenne 2. Comme en Irak.

Les noirs que l’on voit sont faméliques, décharnés, hirsutes, le pire Tiers Monde. Où est la New Orleans du cinéma américain, le Jazz, les cabarets.

Comme pour l’URSS, les USA vivent dans le mensonge et ils s’écrouleront aussi, un jour, comme un château de cartes.

Mon beau père en voyant toutes ces images a remarqué: »ils sont comme tout le monde, finalement. »

  

Dimanche 11 septembre 2005

Colin Powell, l’ex Secrétaire d’Etat des USA a déclaré, il y a deux ou 3 jours, qu’il n’y avait pas d’armes de destruction massive en Irak, qu’il avait été trompé par des services, sans préciser lesquels, et qu’il considérait que son affirmation du contraire à la célèbre séance de l’ONU, était une « tâche dans sa vie ». Il a même ajouté que Saddam Hussein n’avait aucune relation avec « El Quaida » mais, bizarrement, ce dernier point de sa déclaration, a disparu très vite des informations des médias occidentaux.

Une retombée encore, probablement, du cyclone sur la Louisiane. De la même façon, en Mai 1945, les soldats algériens qui venaient de participer à la libération de la France, retrouvaient à leur retour les massacres coloniaux du 8 mai 1945 . Powell, un noir,  a  vu comment on a traité les noirs en Louisiane.

A la même séance de l’ONU, Powell avait brandi une petite fiole supposée remplie des bactéries de l’anthrax qu’ « allait utiliser Saddam Hussein ». Aujourd’hui c’est dans les  eaux stagnantes de la Nouvelle Orléans qu’on a peur des bactéries et des épidémies. Bush, pendant des mois, s’était servi du thème du « terrorisme biologique » pour faire peur à l’Amérique et faire passer sa politique de sécurité. Cela lui revient sur la g…..

Dans El Watan, du 7 septembre, 2 pages entières de Sadek Hadjeres, l’ex secrétaire Général du PCA. Le titre: « à l’occasion de la sortie de l’ouvrage d’Henri Alleg » puis « Mémoire algérienne, souvenirs de luttes et d’espérances » puis « lettre à l’auteur ». Tous ces titres déjà, laborieux , typiques des textes du parti communiste algérien et de leurs chemins sinueux.

Sans s’apercevoir du ridicule de la chose, S. Hadjeres commence et termine son article en disant qu’il n’a pas lu le livre d’Henri Alleg. Il est clair que ce livre n’est qu’un prétexte pour 2 pages vides, de la nostalgie habituelle, d’autojustifications permanentes, d’auto valorisation, et des mêmes redites sur le PCA pendant la guerre de libération etc.. Aveugle et sourd à toutes les leçons de l’Histoire. Il ne s’agit même pas de malhonnêteté et de mensonges dont on pourrait faire facilement la liste, c’est une attitude schizophrène par rapport à la réalité, celle du gourou d’une secte qui veut rester dans ses certitudes, car la conscience de la réalité serait alors terrible. Très triste.

A un moment même de son article, S. Hadjeres remercie indirectement H. Alleg d’avoir agi pour un « stand communiste algérien à la fête de l’Huma ». Avoir un stand à la fête de l’Huma, voilà l’idéal du Parti communiste algérien. C’est là le type de moment importants dans la mémoire de Hadjeres. Dérisoire.

L… est revenu hier de France. Elle a revu des membres d u PAGS (ex parti communiste algérien)., traînant leur nostalgie, incapables de vivre sans la secte, baptisant cette incapacité de fidélité à un communisme abstrait et métaphysique qu’ils n’ont cessé de trahir dans la réalité en trahissant le peuple. Ce qu’il reste dans les faits, c’est une communauté vivant en France car incapables de vivre ailleurs que chez leur colonisateur dont ils ont la culture et la langue. Ce qui domine chez eux c’est une obsession pathologique de l’Algérie, typique de cette émigration culturelle et idéologique . Elle est bien différente de celle des vrais émigrés, ceux du peuple dont les raisons d’émigration sont économiques et dont l’identité nationale est très forte.

Cette émigration culturelle de la minorité qui s’était intégré au colonialisme (et de leurs enfants bien que… leurs enfants leur réserve parfois des surprises ) cherche sans cesse à obtenir rageusement la preuve, qui les rassure un temps, que l’Algérie va mal et qu’ils ont donc eu raison de la quitter. Au fond, la même attitude que beaucoup de pieds noirs.

En allant chercher L;;, j’ai remarqué combien sur les panneaux, sur les annonces, il n’y avait plus désormais que la langue française. Malgré ce que dit la Constitution.

Bouteflika a lancé une campagne ces derniers mois contre la loi adoptée en France qui parle de l’aspect civilisateur de colonialisme français. Il a encouragé à l’utilisation de la langue française, à son maintien et à son développement en Algérie, c’est donc qu’il reconnaît lui même ce qu’il condamne par ailleurs! Mais il ne peut aller jusqu’à parler de son rôle en réalité destructeur de notre culture et de notre Société: le lobby francophone est trop puissant.

Aux USA, aujourd’hui, c’est le 11 septembre.

  

  

Mercredi 28 septembre 2005

 Longtemps que je n’ai pas écrit.

Il y a des choses que j’avais oubliées d’écrire, même pour les jours où j’avais tenu ce journal. Je les écrit après. Difficile de tenir le pari d’écrire sur le moment pour être le plus prêt de la vérité, la vérité de ce que je pense sur le moment même. Mais qu’est ce que la vérité du moment?

Par exemple, je n’ai pas pu écrire ce que je comptais écrire, en juillet, avant mon départ à Paris, au sujet des tueurs en série français. J’avais noté leurs noms sur une petit papier que ne retrouve plus. De l’information qui se perd… bref, il s’agissait de ses quatre tueurs du Nord de la France qui ont agi presque au même moment: celui, ancien militaire, qui prenait en stop, torturait, violait et tuait des jeunes hommes . Celui, itinérant, qui tuait des jeunes enfants et des petites filles. Et dans la même région, Michel Fourneret, qui tuait les jeunes filles et qui, dit il, était obsédé par la virginité. C’était une réflexion à la fois sur cette puissance aussi destructrice du sexe, de son côté obscur,de ce développement des crimes sexuels à l’époque de la sexualité libre, et de la question des valeurs dans les pays occidentaux en comparaison avec celles de notre culture.

  

Vendredi 30 septembre 8h49

D’après la Télé française ( Fr3, l’émission « C dans l’air »), prés de la moitié des condamnations criminelles concernent, en France, les crimes sexuels: viols, agressions etc.. Et on parle de la révolution sexuelle des années 70 et de la libération sexuelle. Cela fait réfléchir.

Hier, c’était le referendum sur la « paix et la réconciliation nationale ». Là, où je suis allé voter, le bureau de vote était pratiquement désert. Sur la liste des votants, il y avait très peu de signatures. Les résultats officiels parlent de plus de 80% de participation. Quand j’ai voté, j’ai remarqué que l’enveloppe était transparente et qu’on voyait aisément, à travers, la couleur bleue du oui. J’ai fait la remarque à l’assesseur. Il m’a répondu que c’était cela « la transparence »..

J’ai voté Oui.

Un groupe islamiste a été arrêté en France. D’après les télé françaises « il aurait eu l’intention de faire des attentats à Paris mais il en était encore aux intentions et il n’y a aucune preuve matérielle ». Le ridicule ne tue pas. On apprend en même temps qu’il a été arrêté après l’arrestation à Oran d’un islamiste par la police algérienne. Encore une histoire scabreuse qui permet de maintenir la tension. Sarkozy veut probablement trouver, à tout prix, une menace terroriste contre la France, pour ne pas être de reste et plaire aux américains avec lesquels il flirte actuellement.

  

Vendredi 14 Octobre 2005 20h05

11eme ou 12 éme jour du Ramadan. Il pleut, depuis hier, sans arrêt.

Grâce au Ramadan, je fume beaucoup moins, pas plus de quatre cigarettes.  Il faut bien le reconnaître…pour être honnête, c’est une vertu du Ramadhan.

Tremblement de terre terrible, il y a quelques jours au Cachemire. Les Occidentaux s’arrangent, encore une fois, pour en être les héros; c’est chaque fois la même chose dans les catastrophes. Les victimes donnent l’impression dans les télé occidentales de n’être que des figurants, ils sont filmés en arrière plan par rapport à un occidental, lui filmé en gros plan, unmédecin ( sans frontières!! Quel euphémisme quand on sait ce qui passe aux frontières occidentales fermées, nouveau rideau de fer), pompiers, humanitaires de tous genres. Ou alors, les images habituelles sur ces hordes hirsutes et affamées qui se battent autour de l’aide alimentaire jetée par avion, hélicoptère ou d’un camion qui s’en débarrasse vite.

Il y a aussi la grippe aviaire. Même scénario après la vache folle la fièvre aphteuse, le virus du charbon que devait répandre les terroristes; et les gens marchent, on les gouverne par la peur. Quand ils s’en apercevront, j’aimerai bien voir ça.

La grippe aviaire arrive depuis la Chine, et en Europe, depuis la Turquie. Tiens, comme par hasard, depuis les pays émergents!

  

21 oct. 05 14h47

  

La Commission d’enquête de l’ONU vient d’annoncer qu’ elle a des preuves de l’implication de la Syrie dans  l’assassinat de Hariri. Comme s’il y avait besoin de prétextes, depuis le temps que la Syrie est dans le collimateur des américains. Cette fois ci les intérêts US convergent avec ceux français. Hariri ou un autre ou autre chose.

La France s’est empressée, à travers ses chaînes Télé de dire que le « rapport est accablant  » pour la Syrie. Mais quand on le lit, il n’y a rien de tout cela: que des présomptions, des suppositions. Ce rapport repose en fait sur une seule affirmation: cet attentat contre Hariri ne pouvait se faire sans que celle ci le sut puisque ses services de sécurité dominaient le Liban.

C’est, sous une autre forme, l’histoire des « armes de destruction massive » pour l’Irak. La fable  du loup et de l’agneau, ou celle de « quand on veut noyer son chien.. ». L’affaire est déjà entendue contre la Syrie, elle l’était bien avant l’assassinat de Hariri. On agira contre elle, et après, comme pour les armes de destruction massive, on avouera qu’on n’a pas trouvé de preuves. Cela sera alors sans importance immédiate.

Toujours ma réflexion sur la  question nationale. Ce livre que je voulais écrire depuis 90 pour dire en gros que les seuls Partis communistes qui ont réussi sont ceux qui l’ont compris et qui ont dirigé la révolution nationale: la fracture sociale est une fracture nationale dans les pays dominés. La révolution sociale est d’abord une révolution nationale. Mao l’a compris, et chaque fois qu’il l’oubliait, qu’il voulait aller à marches forcés vers le socialisme ( par ex à travers les communes, le grand bond en avant), c’était l’échec. Même cas au Vietnam, Cuba,  etc.. Les succès des PC ont toujours été en fonction directe de leur réalisation des buts de la révolution nationale:libération économique et culturelle, donner sa place à la nation.

J’avais ainsi déjà prévu en 90 que la Chine allait rapidement avancer à cause de tout cela. Mao et le PC sont respectés en Chine , mais pas le PC en ex URSS, sans parler des autres pays de l’Est. Sans parler des PC coloniaux comme le PCA, ou le PC Tunisien ou Marocain.

La révolution nationale contient une formidable énergie historique. Peut être que le principal mérite de l’URSS a été de les soutenir (ailleurs que chez elle!), de supporter l’énorme confrontation avec l’Occident dans ce sens. C’était l’URSS qui mettait chaque fois son veto au Conseil de sécurité, qui fournissait les armes. Aujourd’hui, la Chine est plus prudente, elle ne veut pas en payer le prix par l’isolement économique qui en résulté pour l’URSS.

L’URSS, elle, après avoir rempli cette mission, pas celle du socialisme mais du soutien aux révolutions nationales, s’est écroulée, épuisée.

Elle avait soutenu les mouvements nationaux du Tiers Monde tout en les niant en son sein et en Europe de l’Est. Contradiction inconciliable.

Dans les pays de l’Europe de l’Est, le socialisme a échoué car il est apparu comme contraire aux aspirations nationales: en RDA, l’aspiration à la réunification allemande, en Pologne, en Hongrie avec la répression par l’URSS, des aspirations nationales etc.…

  

Lundi 24 octobre 2005, 20h50

La vie est bizarre. En sortant de chez un avocat, pour une sombre ( et intéressante) histoire de fraude dont nous avons été victime, je suis tombé sur H… Il était en voiture, a eu un moment d’hésitation qu’il a vu que j’avais remarqué et il s’est senti obligé de s’arrêter. Suit, une heure fatigante de discussion dans sa voiture. Il commence par me dire qu’il n’a pas de retraite et qu’il est victime de l’arabisation de l’Université. Il a mis au point une histoire sur mesure comme on l’a raconte souvent dans ces milieux: on lui aurait retiré son poste d’enseignant en lui affirmant qu’il n’y avait pas de services pour lui car francophone. Je lui dis, sans trop insister mon étonnement, car je sais que ça n’est arrivé à personne.  En réalité, il oublie de dire beaucoup de choses, qu’en fait il travaillait surtout dans un ministère et ailleurs. Je lui demande pourquoi il n’a pas choisi d’enseigner en Arabe pour résoudre ce problème enfin définitivement comme je l’ai fait et beaucoup d’autres. Il répond qu’il ne voulait pas de cet escroquerie. Je pense qu’il y en a une encore plus grande, c’est d’enseigner en français à des étudiants instruits en arabe, mais je ne le lui dis pas pour ne pas gâcher quand même ces retrouvailles. Et puis il se lance dans une longue diatribe, très excitée, tapant dans ses mains, sur le tableau de bord, sur le volant, rythmant de bras d’honneur hors contexte et bizarres certaines phrases: « ils ont sacrifié une élite, la langue française est celle du savoir, de la science,, c’est pas un pays, moi mes enfants sont en France, ils ont échappé à tout cela ( un autre bras d’honneur), je suis un communiste et je vois comment ils ont détruit les classes populaires pour qui le français était une moyen de promotion sociale » etc.. discours classique et incohérent du communisme algérien. Et puis, il se tourne vers moi, les yeux exorbités en attrapant le bas de ma veste et en la secouant violemment et me lance « pourquoi, tu es arabe toi!! Tu es arabe ». Je lui dis doucement de lâcher ma veste et je lui dis « oui, arabe et fier de l’être ».

Il me dit alors que je n’ai pas à décider de ce qu’il est, de ce que sont les algériens, et que lui est kabyle.

Je lui dis, toujours doucement que personne ne l’a décidé, que c’est un fait historique, le résultat de notre histoire, que personne ne l’a décidé à notre place, à ma place , que c’est même aberrant de discuter comme cela. Je lui fait remarquer qu’il dit qu’il est kabyle, que c’est un fait, que personne ne l’a décidé à sa place comme le fait que l’Algérie est arabe. Je lui fais remarquer qu’il s’appelle H.. et que c’est un nom arabe, je lui demande si « c’est un hasard si nous sommes le Maghreb, c’est à dire l’Ouest du Monde arabe, et si le Maroc, la Tunisie, la Libye sont arabes comme nous. »

Il fulmine clame que nous sommes une « Société pluriculturelle ». La vieille théorie du PCF et du PCA sur « la nation en formation » qui résulterait de la fusion entre pieds noirs français, juifs , espagnols, arabes algériens » remise au goût du jour sous la forme de la pluri culture arabe, française, kabyle ou chacun aurait « le droit d’épanouir la sienne »….sauf l’Arabe. Il me retire le vieux cliché que notre langue n’est pas l’arabe mais l’arabe parlée. Je lui fait remarquer qu’il se contredît puisque l’arabe parlée c’est de l’arabe et qu’il dit donc que nous sommes arabes. Je luis fait remarquer, toujours doucement, que si c’est le cas, pourquoi ne parle-t-il pas avec moi en arabe parlé, et que c’est en réalité un thème de francophones algériens qui ne parlent ni l’arabe parlé ni l’arabe littéraire, mais le français. Je lui rappelle perfidement cet épisode des années 70 où nous étions ensemble au volontariat de la reforme agraire, dans les campagnes, où il ne pouvait parler arabe avec la paysannerie, où il avait tenté de parler et où les paysans n’avaient rien compris et comment l’un d’eux nous avait fait rire en disant à son sujet: « laisser le parler, ça ne fait rien, il parle comme les colons ».

Cela le met encore plus en rage, il se lance alors dans un discours sur l’Algérie baasiste. Je tente de l’arrêter  en lui disant que les baasistes algériens, que je connais bien, ne sont que quelques chats, comme d’ailleurs les communistes algériens. Il ne m’écoute pas, et se lance dans l’éloge de la nouvelle constitution de l’Irak, « où les kurdes, le pluri culturalisme a trouvé sa place ».

Voilà le type de discussion pathologique d’un communiste algérien. Je l’ai embrassé en partant car nous sommes de la même génération…qui a beaucoup souffert.

Triste destin du communisme algérien qui en vient à s’identifier à un Gouvernement irakien de collabos, et à devenir le sous traitant d’un impérialisme américain qu’il pourfendait naguère.

J’ai longtemps cru que les erreurs répètes du communisme algérien sur notre sentiment national, sur notre lutte nationale n’étaient que des erreurs. Je pensais qu’il suffisait de les corriger pour revenir à une situation normale, c’est à dire le communisme national comme au Vietnam, à Cuba, en Chine et ailleurs, là où il avait gagné le respect du peuple. Il a bien fallu ouvrir les yeux et comprendre que c’était un pseudo communisme, que ces erreurs étaient dans sa nature, qu’il s’agissait inévitablement de trahison, que c’était en fait sa seule constante. Le communisme algérien a sali pour toujours l’image du communisme aux yeux du peuple. Au contraire de notre aveuglement, le peuple, lui, avait tranché depuis longtemps.

A H… est fils d’un capitaine de l’armée française. Il faudrait toujours connaître la biographie de quelqu’un. Au PCA se retrouvaient tous ceux ,ou bien les enfants de ceux, qui avaient été proches d’une manière ou d’une autre, culturellement ou économiquement de la société coloniale, fils d’officiers algériens de l’armée française, d’instituteurs algériens de l’école coloniale, de fonctionnaires de l’administration coloniale, ouvriers, fonctionnaires algériens des services coloniaux, postes, chemins de fers etc.. Le socialisme, le communisme ne représentaient pour eux, dans leur désarroi identitaire, qu’un moyen de court-circuiter la question nationale, de l’éviter, de se rapprocher de cette gauche française coloniale dont il se sentaient si proches culturellement. Bref , le « communisme », le socialisme, représentaient, pour eux, le moyen de faire l’impasse sur cette étape, celle de la libération nationale, si douloureuse , si déchirante pour eux. De la même manière en URSS, on avait rêvé ,  et Staline avait voulu, grâce au communisme  faire l’impasse sur la libération des peuples dominés par la Russie. On sait aujourd’hui ce qu’il en est advenu. Contre sens historique: le marxisme vulgaire, celui du PCA et consort pensait ( en réalité voulait croire…) que le socialisme allait libérer les peuples dominés. Il ne pouvait comprendre qu’un peuple dominé ne pouvait aller vers le socialisme. Marx avait bien dit »un peuple qui en domine un autre ne saurait être libre ». C’était en fait une phrase à double sens: il aurait fallu y ajouter qu’il ne pouvait aussi en libérer un autre.

  

Mardi 25 octobre 22h33

Les USA demandent au Conseil de sécurité de sanctionner la Syrie. Il paraît qu’ils veulent toute la lumière sur l’assassinat de Hariri. Ils voulaient déjà la même chose avant l’assassinat de Hariri. L’Histoire est désopilante actuellement, je n’ai pas trouvé d’autre mot, bizarre.

Le procès de Saddam a été reporté il y a quelques jours. Puis l’un de ses avocats a été assassiné. Et ils disent qu’il aura le droit « à un procès équitable ».

En réalité les USA n’en veulent pas à Saddam d’avoir été un dictateur mais un dictateur anti américain.

Pourquoi ne pas juger les Bush pour les dizaines de milliers de morts en Irak, Kennedy et Nixon pour le Vietnam, de Gaule pour les trois années terribles de 58 à 60 qu’il a fait passer à l’Algérie et pour le 8 Mai 1945 etc. etc.. Malheurs aux vaincus disaient les Romains.

Lorsque Bismarck est arrivé aux portes de Paris, les Communards avaient bien compris qu’il n’était pas venu pour les débarrasser de Napoléon III, et les peuples d’Europe savaient que Napoléon Bonaparte n’était pas là pour les libérer de leurs rois. Le débat sur la dictature de Saddam est une  débat tronqué dans les conditions actuelles et dans la bouche des Occidentaux.

Sur un forum, à ce sujet, sur Internet, un jeune d’Aden s’est contenté d’écrire une phrase: « avant de juger, jugez vous vous mêmes ».

  

Jeudi 27 Octobre 2005 22h12

Les Américains harcèlent le Conseil de sécurité pour des sanctions contre la Syrie. L’Algérie, qui préside actuellement la Ligue arabe a rendu public un vague communiqué ou elle a évité soigneusement de parler de soutien à la Syrie . Quelle honte.

J’ai eu une discussion hier avec un voisin. Le même genre que celle avec H… Lui aussi dit rageusement qu’il « n’est pas arabe ». Décidément. Mais lui aussi est un ex officier de l’armée française. Re-décidément. Cette situation post coloniale n’en finit pas de finir.

A la Télévision française ( la cinq, l’émission C dans l’air), tout à l’heure, le sujet était l’absence de solidarité occidentale avec le Pakistan, après le terrible séisme. Le grand souci des participants, c’était que cela avait laissé la place aux islamistes, partout dans le monde et qu’ils étaient les seuls à organiser la solidarité et les secours. Un participant a même résumé le débat en disant cyniquement qu’il fallait aider les Pakistanais pour des raisons politiques . L’un d’eux a quand même corrigé en s’étonnant de cette façon de voir et et faisant remarquer qu’on oublie les raisons… humaines.

Cuba aussi a été traversé par tous les cyclones. Personne n’en parle et personne ne pense même à la secourir.

  

Mardi 1er Novembre 2005, 22h11.

Le Conseil de sécurité a ordonné, hier, à la Syrie, de coopérer avec la Commission d’enquête. Une des conditions les plus humiliantes est l’obligation faite à la Syrie de livrer à la Commission d’enquête tout citoyen syrien jugé suspect. Obliger un gouvernement à livrer des citoyens à des étrangers. C’est à dire lui retirer d’abord toute légitimité, tout honneur. Comme un père qu’on obligerait à livrer ses enfants. Comme ils l’avaient fait avec la Yougoslavie et puis l’Irak. Celle ci avait refusé. Les Américains font comme la Rome antique: d’abord humilier, s’attaquer à l’âme puis achever.

L’Algérie a voté cette motion, prenant prétexte probablement que la Syrie l’avait acceptée. Elle s’est déshonorée. Près de deux siècles avant, la Syrie avait accueilli l’Emir Abd El Kader et les siens alors que le colonialisme dominait sans partage.

Aujourd’hui, c’est le 1er Novembre. La presse francophone algérienne, El Watan notamment, font dans la surenchère. Le journal « El Watan » se refait une virginité à peu de risques glorifiant une bataille contre la domination étrangère qui a déjà été gagnée. Hier à peine, il envoyait ses journalistes en Israël serrer la main des bourreaux de la Palestine et plaidait pour la « Normalisation » des rapports avec Israël. Aujourd’hui, après avoir pendant des années défendus les intérêts de la langue française en Algérie, « butin de guerre » des algériens, il mène campagne prudemment contre la loi française récente qui proclame « la mission civilisatrice du colonialisme français ». Il est vrai, qu’entre temps, des voix françaises se sont  élevées contre cette Loi. Toujours à la remorque, comme le bon colonisé de la « gauche »… française.

En 1990, au 1er congrès du PAGS, les textes des « pseudo communistes » disaient exactement la même chose, et avaient fouillé dans les textes de Mars sur l’Inde pour trouver du « bon » au colonialisme dans notre « entrée dans la modernité ».

L’Aid est pour Jeudi. La date avait été fixée déjà, il y a deux jours, sans attendre la nuit du doute, sous la pression probablement du parti français, de la « modernité », de la « Science » etc.. Faux débat, qu’est ce qu’à voir la science là dedans puisqu’il s’agit de traditions, et  donc de culture et de poésie. Encore l’Européocentrisme post colonial. Il faudrait supprimer le nouvel an chinois, la fête du Tet au Vietnam et aussi le nouvel an orthodoxe au non de « l’universalité ». Misère d’une aliénation coloniale qui n’en finit pas de s’étirer.

Le résultat est que tout à l’heure, la soirée habituelle de la nuit du doute avait perdu tout son charme. Elle a été bâclée. C’était une soirée triste. Ils s’acharnent à enlever le goût de vivre à ce peuple. C’est une erreur que le pouvoir paiera certainement

12